vendredi 25 septembre 2020
Accueil / Société / Les sociétés de location de voitures de luxe dans le collimateur de la Police

Les sociétés de location de voitures de luxe dans le collimateur de la Police

Les sociétés de location de voitures de luxe, prisées par les braqueurs ou les délinquants de plus petit calibre affichant un train de vie exubérant, font l’objet d’une attention particulière de la Police.

“C’est effectivement un secteur que l’on surveille avec attention, où l’on retrouve parfois du blanchiment d’argent et de la criminalité organisée. Mais ce n’est pas nouveau”, confie une source à la Police judiciaire parisienne.

Le chauffard qui a tué jeudi deux policiers et grièvement blessé un troisième en percutant par l’arrière leur véhicule, avait loué son Range Rover 4×4 noir extrêmement puissant à l’une de ces sociétés dans le collimateur de la Police, comme l’a expliqué le directeur de la Police judiciaire parisienne Christian Flaesch jeudi. “Nous avons une enquête en cours, même si nous aurions préféré qu’elle soit discrète, sur cette société de location puisqu’effectivement nous avons des doutes”, a expliqué Christian Flaesch.

Le chauffard de 22 ans, sans permis, n’avait pas les moyens financiers officiels pour louer ce 4×4. Depuis plusieurs années déjà, les policiers s’intéressent à ces voitures de luxe, à ces conducteurs, et aux sociétés qui louent ces bolides à une clientèle parfois douteuse.

“Pas mal de délinquants, pas vraiment malins, qui n’ont pas les moyens officiellement de les acheter ou de les louer se montrent avec lorsqu’ils sortent pour épater la galerie”, selon un enquêteur. Un phénomène qui n’a pas échappé aux policiers. “Certains services, notamment la Bac nuit 75 où travaillaient les deux victimes, sont notamment chargés depuis plusieurs années, de recenser les immatriculations de ces 4×4 ou Berlines de luxe dans Paris et particulièrement sur les Champs-Elysées aux abords des boîtes de nuit”, explique une source policière.

Un recensement extrêmement utile pour les enquêteurs, qui travaillent ensuite en lien avec le Groupe d’Intervention Régional (GIR) qui associe policiers et agents du fisc. Lorsqu’un conducteur est contrôlé au volant de l’une de ces voitures faisant l’objet d’une “fiche d’attention”, il va alors faire l’objet d’investigations “pour savoir s’il a les moyens de posséder ou louer une telle voiture”, explique une source policière.

Brouiller les pistes

Ce travail d’enquête sur le patrimoine “est assez efficace”, selon un enquêteur. Selon plusieurs sources policières, ces grosses cylindrées sont également souvent utilisées par des équipes de braqueurs, notamment en raison de leur puissance. Le fait de passer par une société de location, en utilisant de faux-papiers ou en louant via une société écran, permet de brouiller un peu plus les pistes.

“Le gérant d’une société n’a pas forcément toutes les garanties sur la véracité des informations de la personne qui va louer”, explique un enquêteur. “Un gérant est obligé lors d’une enquête de nous donner le nom de la personne ou de la société qui a loué la voiture. Mais si les documents sont faux, il se retranche derrière son incapacité à vérifier”, explique un enquêteur.

“Il y a aussi certains gérants de société dont on soupçonne qu’ils soient complices de certaines équipes. Il monte une société de location, sert ensuite d’homme de paille, et va mettre les voitures à disposition”, assure cet enquêteur. Les policiers constatent également un phénomène de mutualisation de ces voitures louées. “La mutualisation des armes et des voitures dans certaines cités ce n’est pas nouveau. Mais avant, le plus souvent c’était des voitures volées, là, le nombre de voitures louées augmente”, assure une source policière.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *