dimanche 17 janvier 2021
Accueil / A la Une / Les secrets de Mai 68 (4/5) : la police enquêtait sur la photo montrant de Gaulle à son retour à Paris le 30 mai 1968
Archive Paris Match photo agence Gamma

Les secrets de Mai 68 (4/5) : la police enquêtait sur la photo montrant de Gaulle à son retour à Paris le 30 mai 1968

Mai 68 n’avait pas livré tous ses secrets.
L’Essor de la Gendarmerie a eu accès à des archives de la Préfecture de Police de Paris.
Voici cinq histoires inédites sur Mai 68 à Paris. Celles-ci seront diffusées quotidiennement sur le site de L’Essor à partir de ce mercredi 18 avril.

Lire aussi sur L’Essor : Les secrets de Mai 68 (1/5)  : la gendarmerie mobile massivement engagée à Paris 

Lire aussi sur L’Essor :  Les secrets de Mai 68 (2/5) :lLes chiffres des grandes manifestations parisiennes

Lire aussi sur L’Essor : Les secrets de Mai 68 (3/5) : nom de code opération “Gamma” ou l’arrestation manquée de Cohn-Bendit

5 – La manifestation gaulliste du 30 mai 1968 racontée par la PP.

4/5 – Quand la police enquêtait sur la célèbre photo de de Gaulle descendant de son hélicoptère le 30 mai 1968.

Ce sont les deux plus célèbres photos de Mai 68. La première du 6 mai 1968 présente Daniel Cohn-Bendit, devant la Sorbonne, narguant un grand policier casqué et caparaçonné dans sa capote noire. La seconde, datant du 30 mai 1968, montre de Gaulle, la main dans le revers de sa veste, qui vient de descendre de son Alouette 3 qui le ramène à Paris, venant de Baden-Baden, via Colombey-les-deux-Eglises.

Cette photo en noir et blanc, prise au télé-objectif, a été publiée la première fois sur une double page dans Paris-Match du 15-22 juin 1968.
Contrairement à la photo de Cohn-Bendit, immortalisé par le reporter Gilles Caron, on sait peu de choses de cette photo de Gamma, prise sur l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, tout près de Paris. Quelques jours après sa parution, cette photo déclenche une enquête de la police pour tenter de savoir dans quelles conditions elle a pu être prise. D’autant que les déplacements du Président de la République s’effectuaient toujours dans la plus grande discrétion, sécurité oblige, surtout quelques années après les attentats manqués de l’OAS contre le général de Gaulle.

De plus, le chef de l’Etat avait la veille, le 29 mai, quitté l’Elysée dans le plus grand secret à l’insu de son Premier ministre Georges Pompidou. On saura plus tard qu’il avait gagné Baden-Baden pour rencontrer le général Jacques Massu, fidèle parmi les fidèles et patron des forces française en Allemagne. Il voulait s’assurer de l’appui de l’armée alors que les barricades enflamment Paris.

Au retour, le 29 mai au soir, de Gaulle s’arrête à Colombey-les-deux Eglises où il écrit le discours qu’il prononcera le 30 mai. Ce jour-là peu après midi, à peine posé sur l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, il gagne l’Elysée, réunit le Conseil des ministres, décide de la dissolution de l’Assemblée et prononce vers 16h30 son discours. Il annonce qu’il ne retirera pas. Au même moment, les premiers manifestants se rassemblent à la Concorde pour le soutenir. 300.000 personnes remonteront les Champs-Elysées.

L’enquête de police conclura sans davantage de précision que la photo a été prise à partir “d’un monticule de terre à 40 mètres du point d’atterrissage de l’hélicoptère présidentiel”.

Pierre-Marie Giraud

Prochain article : la manifestation du 30 mai 1968 racontée par les archives de la PP (5/5)

 

Archive préfecture de police du 29 juin 1968
Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Hugues

    Ce qu’il manque à la France aujourd’hui, c’est un homme de cette trempe, un CHEF. Il était un grand militaire et, fin politicien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.