jeudi 28 janvier 2021
Accueil / A la Une / Les mystérieuses mutilations d’animaux se poursuivent
Depuis le début de l'année, les gendarmes enregistrent de nombreux cas de mutilations d'animaux, principalement des équidés, retrouvés ensuite morts. (Photo: W.Claussen/Pixabay)
Depuis le début de l'année, les gendarmes enregistrent de nombreux cas de mutilations d'animaux, principalement des équidés, retrouvés ensuite morts. (Photo: W.Claussen/Pixabay)

Les mystérieuses mutilations d’animaux se poursuivent

Après une importante vague de mutilations d’animaux cet été, les gendarmes avaient enregistré une relative accalmie au début de l’automne. Mais ces dernières semaines, malgré le confinement, on note une recrudescence de ces actes de cruauté. Les mutilations sont-elles en train de reprendre? La question se pose après une série de nouveaux cas signalés principalement dans le sud-ouest de la France.

L’accalmie aura semble-t-il été de courte durée. Depuis la mi-octobre, des actes de cruauté et de mutilations envers des animaux se multiplient à nouveau. Après une forte concentration dans le Nord et l’Est, les faits portés à notre connaissance se concentrent ces dernières semaines dans la quart sud-ouest de la France. Preuve en est, avec ces mutilations signalées dans les Pyrénées-Atlantiques, l’Allier, l’Hérault, le Tarn et en Gironde. Principales victimes: les équidés. A chaque fois ou presque, les organes génitaux des animaux sont prélevés ou mutilés. Tout comme les yeux et les oreilles.

Très médiatisée cet été, la mystérieuse série de mutilations d’animaux avait donné lieu à la mise en place d’actions ciblées en septembre. Multiplication des patrouilles, audit et conseils par les référents sûreté de la Gendarmerie auprès des éleveurs et propriétaires d’équidés… Une cellule d’information spécifique a même été mise en place par l’Institut français du cheval, avec le soutien du ministère de l’Agriculture. Une quinzaine de spécialistes sont ainsi joignables en semaine au 0.800.738.908.

Lire aussi: Mutilations de chevaux: les recommandations de la Gendarmerie

Près de 250 enquêtes ouvertes pour des faits de mutilations

Au total, depuis le début d’année, les services de Police et de Gendarmerie ont ouvert environ 250 enquêtes pour ce type de faits. Parmi eux, une cinquantaine de faits portent la trace avérée d’une action humaine. Impossible néanmoins de déterminer les motivations des auteurs de ces actes. Challenge lancé sur le net, pratiques sataniques ou zoophiles, mimétisme… D’après les enquêteurs, elles restent floues et diverses.

Lire aussi: Actes de cruauté envers les équidés: 153 enquêtes ouvertes dans près de la moitié des départements de France

En septembre, un homme avait été arrêté dans la Meuse. Par deux fois les jours précédents, il avait été surpris s’adonnant à des pratiques sexuelles auprès de juments dans le département. Mais il avait à chaque fois réussi à s’enfuir. Déféré après sa garde à vue, il a été placé sous contrôle judiciaire en attendant de comparaître devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc le 8 décembre prochain. Aucun lien n’a toutefois pu être établi avec d’autres affaires de mutilations.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. yolande fournier

    Aucune interpellation depuis un an? va t’on laisser tous les chevaux français se faire massacrer?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.