mardi 29 septembre 2020
Accueil / A la Une / Polices municipales : les maires demandent une clarification dans la doctrine d’emploi des forces de l’ordre
Policiers municipaux à vélo sur la Côte d'Azur (Photo S.D L'Essor)
Policiers municipaux sur la Côte d'Azur (Photo S.D L'Essor)

Polices municipales : les maires demandent une clarification dans la doctrine d’emploi des forces de l’ordre

L’association Villes de France demande à l’Etat de clarifier sa position sur l’emploi des polices municipales, dont les effectifs, généralement armés, sont en nette augmentation, selon une enquête diffusée mardi.

Villes de France, qui regroupe les villes de 15.000 à 150.000 habitants, a enquêté auprès de 92 de ses membres, d’Agde (Hérault) à Wattrelos (Nord), avec une population moyenne de 41.000 habitants.  Dans la plupart de ces villes, “la progression des agents ayant le statut de policier municipal est significative (+20 sur ces six dernières années), avec un ratio de 4,6 policiers municipaux pour 10.000 habitants en moyenne”, écrit-elle.

Moins de gendarmes et de policiers nationaux sur le terrain

Selon les élus, des maires ont constaté que cette évolution s’accompagne “d’une diminution de la présence de terrain de la police nationale ou de la gendarmerie”.

Caroline Cayeux, présidente de Villes de France (Photo Association Villes de France).
Caroline Cayeux, présidente de Villes de France (Photo Association Villes de France).

Par ailleurs, une large majorité des villes en question “a désormais opté pour l’armement, létal ou non”. “Dans 67% des cas, les agents des polices municipales des Villes de France sont – ou vont être prochainement – équipés d’armes de catégorie B” (revolvers, armes de poing…), note l’association d’élus.

En 2010, un quart seulement des polices des villes de même taille était armé, selon un précédent état des lieux. Avec la prolongation de l’état d’urgence, ces effectifs sont de plus en plus sollicités. “La police municipale doit continuer à agir en complémentarité – et non en substitution des forces de police de l’Etat”, notent les maires. Nombre d’entre eux se disent “attachés à la distinction entre la gestion de la sécurité et de l’ordre public qui relèvent de l’Etat, et la tranquillité publique qui relève du seul maire”.

Villes de France souhaite “que les pouvoirs publics apportent à tous les maires concernés, une clarification dans la doctrine d’emploi des polices” appropriés à l’ensemble du territoire.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *