vendredi , 18 juin 2021

police municipale
Police municipale de Nice. Photo d'illustration. (SD/L'Essor)

Deux gendarmes blessés lors de la neutralisation de l’agresseur d’une policière municipale près de Nantes (Actualisé)

Les gendarmes ont tué vendredi un homme après qu’il a grièvement blessé une policière municipale au couteau à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes. Deux gendarmes départementaux ont reçu des blessures lors d’un échange de coups de feu avec l’agresseur de la policière.

Le pronostic vital de la policière, engagé dans un premier temps, a finalement été écarté. Son assaillant avait “un profil hybride, radicalisé et malade psychiatrique très lourd“. Condamné pour un fait de droit commun, le renseignement pénitentiaire l’avait repéré pour pratique dure de sa religion. Il figurait au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (​FSPRT).

Lire aussi: Une policière égorgée au commissariat de Rambouillet, son agresseur tué (actualisé)

La zone rapidement bouclée

Vendredi 9h00. Katell, 47 ans, policière municipale reçoit plusieurs coups de couteau dans les locaux de la police municipale de cette commune à quelques kilomètres au nord de Nantes. Son agresseur se nomme Ndiaga Dieye, 40 ans, un délinquant au lourd passé judiciaire. Une vaste chasse à l’homme s’engage. Quatre-vingt gendarmes, dont l’antenne GIGN (AGIGN) de Nantes, se déploient pour boucler la zone. L’homme recherché a emporté dans sa fuite le revolver de la policière. Il tente de fuir en voiture mais percute très rapidement un rond-point.

Deux hélicoptères survolent la zone. Trois équipes cynophiles et un escadron de gendarmes mobiles participent également aux recherches. Les écoles alentours sont sécurisées et les enfants confinés dans les locaux. Au plus fort de la mobilisation, 240 militaires de la Gendarmerie sont ainsi engagés sur le terrain.

Une dizaine de détonations

Le fuyard se réfugie dans un immeuble en face de la gendarmerie. Il va séquestrer pendant deux heures et demi une jeune femme chez elle. Depuis le balcon, il tire ensuite deux balles en direction des gendarmes. Vers 13h00, il sort de l’immeuble. Dans un champ tout proche, il tire sur les gendarmes les quatre balles restant dans son barillet. Une dizaine de détonations en deux salves retentissent lors du tir en riposte des gendarmes. “Les gendarmes ont neutralisé l’individu suspecté de l’agression“, écrit le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans un tweet. Un gendarme a été touché au genou par une ballet et un autre au coude. Un projectile s’est par ailleurs fichée dans le gilet pare-balles de l’un des deux gendarmes touchés.

Samedi en fin de matinée, le Parquet national antiterroriste ne s’était toujours pas saisi de dossier. Le parquet de Nantes a ouvert une information pour tentatives de meurtre sur la policière municipale et sur les gendarmes. La section de recherches de Nantes enquête donc sur cette nouvelle affaire visant des membres de forces de l’ordre.

Cette attaque intervient un peu plus d’un mois après celle de Rambouillet (Yvelines). Une fonctionnaire de police avait péri, égorgée par un homme ensuite tué par balles par un policier, au sein du commissariat.

PMG

3 comments

  1. ça continue…forcément, on a fermé plein de lits en psychiatrie et beaucoup sont dehors alors qu’ils ne devraient pas y être

  2. La justice ne fait pas son boulot

  3. Pouquoi ne pas préciser nom et prénom s.il s.agissait d’un français de souche nous aurions ces précisions… pauvre France …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.