lundi 26 octobre 2020
Accueil / Société / les Bac sont des spécialistes du flagrant délit

les Bac sont des spécialistes du flagrant délit

Les brigades anti-criminalité (Bac), parfois décriées, sont au contact direct de la délinquance, spécialisées dans le flagrant délit, leur “cœur de métier” comme l’a rappelé Manuel Valls qui entend cependant “faire évoluer leurs missions”.

Deux policiers de l’équipe de nuit de la Bac Paris ont été tués jeudi matin, percutés par un 4×4 piloté par un chauffard ivre. Un troisième est entre la vie et la mort. C’est déjà “un baqueux” qui avait été tué à Chambéry en 2012, renversé par des cambrioleurs qui voulaient prendre la fuite, preuve que travailler dans ces unités de prestige, au plus près du terrain, représente un réel danger.

C’était le 12 février à Paris, et c’était leur journée. Le ministre de l’Intérieur avait décidé d’organiser des assises dédiées aux services d’intervention de la Police et de la Gendarmerie, les Bac (5.635 agents) et les Pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG, 6.375 militaires). Leur particularité: être aux avant-postes du flagrant délit souvent dans les lieux de délinquance et les cités HLM réputées sensibles où ils avancent souvent par petits groupes, en rangs serrés, et en civil pour ce qui est des policiers.

Le thème de la journée, “Intervenir au service de la population”, tranchait visiblement avec leur quotidien tant ces policiers des Bac sont parfois l’objet de ressentiment, comme l’illustrent ces tags hostiles dans certaines cités. Certains policiers n’hésitent pas à dire en privé qu’ils “sont en guerre” dans ces lieux de trafics.

La preuve d’un malaise récurrent exprimé notamment dans un livre retentissant d’un anthropologue, Didier Fassin, en 2011 qui s’était immergé dans une Bac. Il y dénonçait des “pratiques discriminatoires”, des “contrôles abusifs” et des “comportements de cow-boys”. Le ministre a rappelé aux policiers et gendarmes présents à ces assises que “la recherche des flagrants délits doit demeurer (leur) cœur de métier” et salué leur “dévouement”.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.