vendredi 23 octobre 2020
Accueil / Société / Le syndicat Alliance dénonce le “malaise” des policiers
véhicule de police
Photo d'illustration (L'Essor).

Le syndicat Alliance dénonce le “malaise” des policiers

Alliance, le deuxième syndicat des gardiens de la paix, a demandé mercredi à Manuel Valls de prendre en compte le “malaise” des policiers mis en évidence, selon lui, par une étude scientifique d’un chercheur sur leurs conditions de travail. Cette étude, dont les principales conclusions -à savoir le “ras-le-bol” des policiers et sentiment d’abandon de leur hiérarchie- ont été dévoilées il y a près d’un an, a été envoyée par courrier le 14 janvier au ministre de l’Intérieur.

“Nous attendons avec impatience que le ministre nous réponde afin que l’on puisse entamer une discussion”, a expliqué son secrétaire général Jean-Claude Delage lors d’une conférence de presse à l’occasion de laquelle l’étude a été rendue publique. Pendant plus d’un an, Alliance a mis à disposition son réseau de délégués afin qu’un doctorant du Centre de recherche en management (CRM) de l’Université de Toulouse 1 Capitole, rattaché au CNRS, puisse réaliser cette étude.

Quelques 6.000 policiers -sur 130.000-, syndiqués ou non, ont participé en répondant anonymement à plusieurs questions sur leurs conditions de travail. “Cette étude montre qu’il y a un vrai blues des policiers”, a estimé Jean-Claude Delage, “elle montre qu’il y a des dysfonctionnements de management qui créent du stress, que les policiers ont le sentiment d’être abandonnés par leur hiérarchie”. “La police est devenue une machine qui ne met plus l’humain au centre”, a estimé Frédéric Lagache, le secrétaire général adjoint du syndicat.

Selon cette étude, les policiers interrogés affirment à 71% ne “pas être reconnus”, à 85% “ne pas être suivis par la justice” et à plus de 50% que la presse ne reflète pas une bonne image d’eux. Alliance demande aussi au ministre de l’Intérieur que ses propositions pour améliorer les conditions de travail des policiers, émises il y a plusieurs mois et affinées grâce à cette étude, soient “retenues” lors des Assises de la formation de la police nationale le 7 février.

 

 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.