jeudi 6 août 2020
Accueil / Société / Le premier syndicat de gardiens de la paix en congrès

Le premier syndicat de gardiens de la paix en congrès

Le premier syndicat de gardiens de la paix, Unité Police SGP-FO, tient congrès mercredi et jeudi à Paris dans le but de mettre un terme définitif aux luttes d’appareil qui le déchirent depuis des mois. L’organisation, qui a obtenu en 2010 près de 48% des voix aux dernières élections professionnelles contre 38% pour Alliance, réputé proche de Nicolas Sarkozy, est née en 2009 d’une fusion de deux syndicats de police: Unité police, fortement implanté en province, et le Syndicat général de la police (SGP), puissant en région parisienne et affilié à Force Ouvrière.

Seulement, les dirigeants de la nouvelle entité ont traversé en 2012 une crise sévère, se reprochant notamment une gestion litigieuse. En septembre, lors d’un premier congrès extraordinaire à Gujan-Mestras (Gironde), les cadres d’Unité Police ont raflé la mise, en remplaçant le secrétaire général Nicolas Comte, issu de SGP-FO, par Henri Martini. En dépit de ce remaniement, la bataille a continué à faire rage entre les responsables des deux syndicats fondateurs. Conscient qu’un éclatement risquait d’entraîner la défaite aux élections professionnelles de 2014, au profit d’ Alliance, Force Ouvrière a repris les choses en main et lancé une médiation.

Vote à l’unanimité

Durant les deux jours du “Congrès constitutif”, c’est donc à l’unanimité qu’Unité Police et SGP-FO ont été dissous pour ne plus former qu’un unique syndicat national: Unité SGP Police FO. A sa tête, un secrétaire général issu d’Unité Police, Henri Martini, assisté d’un secrétaire général adjoint et porte-parole de l’organisation, issu de SGP-FO, Nicolas Comte.

Sur les 13 membres du bureau, 9 sont encartés chez Unité Police et 4 chez SGP-FO, une répartition reflétant le rapport de force au sein de l’entité. “L’important à présent, souligne Henri Martini, c’est la mobilisation contre les fermetures de commissariats. On ne peut pas accepter qu’on ferme ainsi huit commissariats sans explication. On demande davantage de concertation”. “Des actions en province se mettent en route”, a-t-il prévenu: le 21 février à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), le 2 mars à Dinan (Côtes-d’Armor) et le 12 mars à Castelnaudary (Aude).

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *