mardi 20 octobre 2020
Accueil / Société / Le préfet de police de Marseille sous l’autorité directe de l’Intérieur
Parmi les annonces faites jeudi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le préfet de police de Marseille sera un préfet "de plein exercice" placé "sous l'autorité directe" du ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Le préfet de police de Marseille sous l’autorité directe de l’Intérieur

Parmi les annonces faites jeudi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le préfet de police de Marseille sera un préfet “de plein exercice” placé “sous l’autorité directe” du ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

“Il faut faire” de l’actuel préfet délégué à la sécurité un “préfet de police de plein exercice compétent pour le département des Bouches-du-Rhône”, a déclaré jeudi soir l’entourage du ministre. Il “aura autorité hiérarchique de l’ensemble des services de police et de Gendarmerie” et “sera placé sous l’autorité directe du ministre de l’Intérieur”, selon cette source. Selon l’entourage de Manuel Valls, cela sera fait “assez vite”, avec des “changements d’hommes” et ce poste sera créé “par délégation et/ou par lettre de mission”, le statut de ce haut fonctionnaire devant être affiné.

Cette préfecture de police, qui n’a d’équivalent qu’à Paris (avec des pouvoirs particuliers), devra “piloter, coordonner et mobiliser” l’ensemble des forces de l’ordre. “Nous devons travailler avec les collectivités et les élus”, a aussi dit l’entourage du ministre qui se rendra à Marseille “avant la fin de l’année” pour inaugurer le système de vidéoprotection. “Il faut travailler sur le fond”, “on ne va pas démanteler tous les trafics en quelques semaines”, “c’est un plan d’ensemble”, insiste-t-on.  “Quand la rénovation urbaine sera engagée, cela va réveiller les réflexes des réseaux mafieux, nous le savons, il faut agir sur le fond”, prévient-on encore.

l’Intérieur a détaillé les 205 renforts annoncés pour l’agglomération marseillaise dans les forces de sécurité. La sécurité publique se verra allouer 120 policiers, la police judiciaire 25 fonctionnaires supplémentaires. Le Groupe d’intervention régional (GIR), qui réunit diverses administrations, aura cinq policiers et fonctionnaires du fisc en plus. Quinze personnes seront affectées au SDIG (renseignement) avec “une priorité”: “le recueil du renseignement opérationnel dans les cités sensibles”.

Quarante gendarmes supplémentaires seront déployés avec pour mission de “traiter les enjeux criminels de la périphérie marseillaise”: sont notamment prévus un groupe d’enquêtes supplémentaire (15 renforts), la création de cellules des offices centraux de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI, 5 gendarmes) et de lutte contre le travail illégal (OCLTI, 5), ainsi que la création d’un groupe du GIGN spécialisé dans le renseignement et la filature. L’Intérieur a également annoncé la création pour début 2013 d’une zone de sécurité prioritaire (ZSP) dans les quartiers sensibles du sud de la ville après celle d’ores et déjà décidée pour les quartiers nord.

Une partie des mesures annoncées jeudi figurait dans une note commandée par Manuel Valls à l’actuel préfet de police de Marseille Alain Gardère, nommé par la majorité précédente et qui, selon des sources proches du dossier, pourrait être prochainement remplacé. Ce document de travail avait été révélé par Libération en mai.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.