samedi 17 août 2019
Accueil / Société / Le groupe Deveryware fait l’acquisition d’une entreprise proche de la Gendarmerie
Deveryware-Tracip-Proche-Gendarmerie
Le laboratoire mobile d'analyses génétiques de la Gendarmerie, commercialisé par Tracip, une entreprise proche de la Gendarmerie rachetée par Deveryware (Photo/MG/L'Essor).

Le groupe Deveryware fait l’acquisition d’une entreprise proche de la Gendarmerie

Le groupe Deveryware vient d’annoncer l’acquisition, ce jeudi 11 avril, d’une entreprise proche de la Gendarmerie, Tracip. Cette dernière, prestataire de la Gendarmerie depuis une quinzaine d’années, commercialise en effet le laboratoire mobile dédié à l’expertise ADN. Il a été développé par l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN).


Avec cette acquisition, Deveryware veut muscler son “offre globale en réponse aux besoins des forces de l’ordre dans le cadre de leurs enquêtes judiciaires“, explique son président, Jacques Salognon. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué. L’entreprise spécialisée dans les géolocalisations des écoutes judiciaires a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 19 millions d’euros. Elle va pouvoir désormais compter sur un renfort de poids avec les 6,5 millions d’euros d’activité apportés par Tracip.

Lire aussi sur L’Essor: Salon Milipol de la sécurité intérieure des états : à l’ère des drones, des robots et des algorithmes

Écusson gendarme Ntech (Photo d'illustration S.D L'Essor).
Écusson gendarme Ntech (Photo d’illustration S.D L’Essor).

Fondé en 1994 par Philippe Joliot, Tracip est devenu le premier laboratoire d’expertise judiciaire français. L’entreprise s’est spécialisée dans la récupération de données et dans l’investigation numérique. Elle a par exemple formé des enquêteurs N’Tech de l’Arme. L’entreprise, déjà proche de la Gendarmerie, s’est encore plus rapprochée de l’Institution en 2016. Tracip signe alors un contrat de cinq ans pour commercialiser le laboratoire mobile et projetable d’analyses génétiques de l’IRCGN. Cet outil permet de gagner plusieurs heures sur le processus d’analyse classique. Il avait fait ses premières preuves à l’occasion du crash de la Gemanwings, en mars 2015, puis lors de l’attentat de Nice en juillet 2016.

G.T.

A voir également

La caserne Delcassé, où réside le gendarme accusé de viol (Crédit photo: Google maps).

La garde à vue du jeune gendarme accusé de viol levée (actualisé)

Un jeune gendarme est accusé de viol. Il a été placé en garde à vue ce lundi 29 juillet dans l'après-midi.

Un commentaire

  1. niout

    La privatisation de la sécurité a débuté Elle se concrètise un peu plus avec cette manoeuvre financio commerciale. Devons nous craindre pour l’intégrité et pour la sécurité des enquêtes sensibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *