mardi 20 août 2019
Accueil / Réserve / Le général Bio-Farina, commandant militaire de l’Elysée, a exclu Vincent Crase de la réserve de l’Elysée
Le général Eric Bio-Farina, commandant militaire de L'Elysée (capture d'écran Assemblée Nationale)
Le général Eric Bio-Farina, commandant militaire de L'Elysée (capture d'écran Assemblée Nationale)

Le général Bio-Farina, commandant militaire de l’Elysée, a exclu Vincent Crase de la réserve de l’Elysée

Quarante convocations, un engagement spécial dans la réserve (ESR) via la Garde républicaine, des missions autour du contrôle des entrées. On en sait un peu plus sur le parcours de réserviste à l’Elysée de Vincent Crase, employé de La République en marche, mis en cause comme Alexandre Benalla, le chargé de mission de la présidence, dans l’affaire des violences du 1er-Mai. Le général de brigade de Gendarmerie Eric Bio-Farina, commandant militaire de l’Élysée, a décrit le parcours de ce réserviste devant la commission des lois de l’Assemblée nationale, ce mercredi 25 juillet.

Interrogé publiquement – l’officier général avait demandé le huis-clos pour des raisons de défense nationale – par les députés, Eric Bio Farina a indiqué que Vincent Crase avait servi dans la réserve de l’Elysée, via un engagement dans la Garde républicaine, du 10 novembre 2017 au 27 avril 2018, date de  sa dernière convocation. Officier de réserve dans l’Eure depuis 1996, il rompu son engagement dans ce département pour souscrire un nouveau contrat au sein de la garde républicaine. Au total il a effectué 494 jours de réserve depuis son entrée dans la réserve de la Gendarmerie – il est issu de l’armée de l’Air où il a effectué son service comme aspirant – avait expliqué le général Lizurey lors de son audition devant le Sénat. “Il a été soumis à plusieurs entretiens et à un nouveau criblage qui n’a rien révélé” a précisé le général Bio-Farina, nommé à l’Elysée par François Hollande qui l’a côtoyé en Corrèze où il commandait le groupement.

Lire aussi sur L’EssorLe directeur de la Gendarmerie assume la nomination de Benalla comme spécialiste dans la réserve

Présenté seul

Vincent Crase s’est présenté tout seul, certainement suite à la suggestion d’Alexandre Benalla”, a expliqué Eric Bio-Farina. C’est la Garde républicaine qui me propose des profils, mais c’est moi, à l’issue de nombreux entretiens, qui choisi les réservistes servant à l’Elysée.” Un criblage a notamment été mené, sans “rien donner”.

En tout, le réserviste a répondu à quarante convocations. La première dizaine de missions a permis à Vincent Crase “de s’acculturer” en l’insérant au sein du contrôle des entrées, faisant ainsi “le tour du poste de contrôle des entrées”. Vincent Crase, le plus gradé des quatorze réservistes de l’Elysée, est ensuite missionné pour la gestion du corps des autres réservistes. Le commandement militaire s’interroge sur le fait que le réserviste est salarié de La République en marche. Ne trouvant pas de raisons juridiques à refuser l’engagement, les militaires s’attacheront à “borner ses missions”.

Un engagement qui va se terminer abruptement après la diffusion des violences, à la présidence, des images mettant en cause Alexandre Benalla et Vincent Crase dans la manifestation du 1er-Mai. “Le 3 mai, je l’appelle au téléphone, et je lui signifie qu’il ne servira plus dans la réserve opérationnelle de la présidence”, indique Eric-Bio-Farina. Vincent Crase lui affirme alors avoir suivi, ce 1er-Mai, Alexandre Benalla de son propre chef. Ce jour là, il n’était pas activé comme réserviste – aucun réserviste n’est autorisé à faire du maintien de l’ordre-  mais était présent à titre privé auprès des policiers.

“La décision de l’exclure quasi-immédiatement me semblait nette et proportionnée à ce que je savais”, ajoute-t-il. Et de conclure : “il appartient à la direction générale de statuer sur son avenir dans la réserve opérationnelle, je pense que nous nous dirigeons vers une radiation, mais cette décision appartient au ministère de l’Intérieur.”

Gabriel Thierry

A voir également

La caserne Delcassé, où réside le gendarme accusé de viol (Crédit photo: Google maps).

La garde à vue du jeune gendarme accusé de viol levée (actualisé)

Un jeune gendarme est accusé de viol. Il a été placé en garde à vue ce lundi 29 juillet dans l'après-midi.

3 Commentaires

  1. flashlook

    il est surprenant que des postes sensibles comme à l élysée , puissent embaucher des personnages contractuels de réservistes pour certains meme pas militaires de carriere pour contrôler les entrées ,, la garde républicaine avec ses 3500 hommes ne peut t elle pas fournir les personnels nécessaires et suffisants comme elle le fait déjà ,,?

    • Marc LERICHE

      voila une très bonne question…….ces barbouzes de deuxième zone n’ont rien à faire au palais prèsidentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *