mardi 20 octobre 2020
Accueil / Société / L’ancien patron du Raid quitte le 9-3

L’ancien patron du Raid quitte le 9-3

Nommé préfet de Seine-Saint-Denis en 2010 par Nicolas Sarkozy, Christian Lambert, ancien chef du Raid qui a arrêté Yvan Colonna, quitte jeudi ce département difficile en ayant gagné l’estime des élus de gauche. A 67 ans, il prend sa retraite de haut fonctionnaire. Il se dit dans l’entourage de Manuel Valls qu’il pourrait reprendre du service en étant chargé de mission auprès du ministre de l’Intérieur pour coordonner les zones de sécurité prioritaires.

Dans son immense bureau de la préfecture au mobilier des années 1960, la radio du centre de commandement de la Police départementale grésille jour et nuit. Quand les faits sont graves, le préfet saute dans sa voiture pour se rendre sur les lieux d’un crime ou d’un braquage. “Il n’a jamais oublié d’où il venait”, estime un policier de la brigade anti-criminalité de Seine-Saint-Denis.

Christian Lambert a débuté sa carrière dans la Police nationale comme simple gardien de la paix après mai 68. En 1985, il participe à la création du Raid, unité d’élite de la Police. Dès lors, sa carrière connaît une ascension fulgurante.

En mai 1993, avec le Raid, il est de l’intervention qui fut fatale au preneur d’otages d’une école maternelle de Neuilly-sur-Seine. Revenu diriger le Raid, il s’illustre en arrêtant le 4 juillet 2003 Yvan Colonna, assassin du préfet Erignac. En octobre 2005, il prend la direction des compagnies républicaines de sécurité (CRS) au ministère de l’Intérieur, trois jours avant la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois et les émeutes dans les banlieues.

Le préfet de l’Ain pour successeur

Sa disponibilité, son omniprésence sur le terrain et son implication personnelle dans les dossiers en font un préfet unanimement apprécié en Seine-Saint-Denis, département dominé par les socialistes. Les élus saluent “le bourreau de travail”, qui sillonne les cités la nuit, enchaîne les réunions le jour. “Il est tout le temps sur le terrain, très proche des gens”, décrit le sénateur et ancien maire PS de Clichy-sous-Bois, Claude Dilain.

“Il est arrivé avec une feuille de route très spécifique sur les problèmes de sécurité, mais il a lui-même dit que sans emploi, sans accompagnement social, ça serait très compliqué”, vante Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale et ex-président du Conseil général.

Une loi sur-mesure, votée en urgence en juin 2011, lui a permis de rester dans ses fonctions deux années supplémentaires, au-delà de la limite d’âge de 65 ans prévue pour la retraite.

Philippe Galli, 56 ans, actuel préfet de l’Ain, a été nommé mercredi en conseil des ministres pour lui succéder en Seine-Saint-Denis.

(D’après AFP)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.