mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Société / L’ancien ministre de l’Intérieur victime d’un malaise
ant en appel ( Photo M. Guyot/Essor)
Paris, le 14 septembre 2011, audition du ministre de l’Intérieur Claude Guéant devant la commission des lois de l’Assemblée nationale dans le cadre de l'affaire de la violation du secret des sources du Monde dans l'affaire Woerth/ Bettencourt.( Photo d'illustration/ M. Guyot/Essor).

L’ancien ministre de l’Intérieur victime d’un malaise

L’ex-ministre de l’Intérieur Claude Guéant a été victime jeudi matin d’un malaise à son domicile dans le XVIe arrondissement parisien, et a été transporté à l’hôpital du Val de Grâce, a-t-on appris de sources policières.

“Pour l’instant, on ne connaît pas la gravité de ce malaise”, a précisé l’une des sources. L’ex-locataire de la Place Beauvau, et ancien secrétaire général de Nicolas Sarkozy à l’Élysée avait subi une importante opération au cœur à l’été 2011.

Depuis son départ de la Place Beauvau, le nom de Claude Guéant est apparu au cœur de plusieurs affaires sensibles. Il est actuellement visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris le 14 juin 2013 au sujet de primes en liquide qu’il a assuré avoir perçu entre 2002 et 2004 lorsqu’il était directeur de cabinent du ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy. Claude Guéant avait assuré avoir bénéficié de ces primes, lorsqu’il était place Beauvau, pour expliquer le règlement en liquide de plusieurs factures découvertes lors d’une perquisition le visant.

Lors de cette perquisition dans l’enquête sur le présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, les enquêteurs avaient notamment découvert que Claude Guéant possédait 500.000 euros sur son compte. Il a affirmé que cette somme provenait de la vente de deux tableaux à un avocat “malaisien”.

L’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy est par ailleurs également au centre de l’enquête sur l’arbitrage Tapie/Crédit lyonnais. Le PDG d’Orange, Stéphane Richard, mis en examen dans cette affaire, l’a décrit au juge comme le maître d’oeuvre des réunions sur l’organisation de cet arbitrage, qui a permis à Bernard Tapie de toucher 403 millions d’euros dans le litige sur la vente d’Adidas. M. Guéant devrait être prochainement convoqué par les enquêteurs, qui ont déjà perquisitionné son cabinet et son domicile.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.