samedi 24 août 2019
Accueil / L'actualité Île-de-France / L’ancien boxeur Christophe Dettinger déféré au parquet
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

L’ancien boxeur Christophe Dettinger déféré au parquet

Christophe Dettinger, suspecté d’avoir blessé des gendarmes mobiles sur la passerelle Senghor, va être déféré au parquet de Paris en vue d’un jugement en comparution immédiate ce mercredi 9 janvier, indique à L’Essor une source judiciaire, confirmant une information de RTL.

Lire aussi sur L’Essor : Le témoignage des gendarmes mobiles blessés sur la passerelle

Il sera jugé pour “violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours”, et pour “violences volontaires avec les mêmes circonstances aggravantes ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à huit jours.”

L’homme de 37 ans encourt donc deux peines d’emprisonnement, l’une de sept ans et 100.000 euros d’amende, l’autre de cinq ans et de 75.000 euros d’amende. La garde à vue de l’ancien boxeur avait débuté lundi 8 janvier pour “violences volontaires commises en réunion et sur personnes dépositaires de l’autorité publique”. Elle avait été prolongée hier.

L’ancien boxeur avait assuré dans une vidéo, enregistrée avant sa reddition et diffusée sur Facebook “s’être défendu”. Deux gendarmes mobiles de l’escadron 24/5 de Grenoble avaient été blessés dans des affrontements samedi 5 janvier, lors de l’acte 8 des Gilets jaunes.

L’un d’entre eux s’est vu prescrire une incapacité totale de travail de quinze jours. “Nous avions pour but de maintenir les manifestants d’un côté”, avait-il expliqué mardi. “Ils n’ont pas vraiment cherché à discuter, poursuit-il. Ils savaient où ils frappaient, et ils frappaient à pleine puissance. C’était taper pour faire mal, voire tuer s’ils pouvaient.”

G.T.

Visé par une deuxième enquête pour détention d’arme illégale

Le parquet d’Evry (Essonne) est saisi d’une deuxième enquête concernant l’ex-boxeur annonce RTL.

Lors de la perquisition menée lundi à son domicile d’Arpajon (Essonne), les enquêteurs de le Sureté Territoriale ont en effet saisi un fusil de chasse.

INFO RTL – Christophe Dettinger visé par une deuxième enquête pour détention d’arme illégale https://t.co/I8TDGl1yEL

A voir également

Illustration (Ph:M.GUYOT/ESSOR)

Téléphonie: 10.700 jugements potentiellement affectés par une erreur au Danemark

En reliant le téléphone d’un suspect au mauvais relais de téléphonie, les données utilisées par les enquêteurs pouvaient le localiser où il n'était pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *