vendredi 23 août 2019
Accueil / A la une / La très ferme posture de Castaner sur la sécurité routière
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors de ses voeux à la Gendarmerie le 10 janvier 2019 aux Invalides (M.GUYOT/L'ESSOR)
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors de ses voeux à la Gendarmerie le 10 janvier 2019 aux Invalides (M.GUYOT/L'ESSOR)

La très ferme posture de Castaner sur la sécurité routière

Les différentes déclarations du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner cette semaine dévoilent une posture très ferme sur la sécurité routière. Très éloignée de celle de son prédécesseur Gérard Collomb qui avait sorti un “joker” sur une question posée sur la baisse de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires.

(Photo d'illustration S.D L'Essor).
60 % des quelque 3.200 radars fixes ont été endommagés ou détruits (Photo d’illustration S.D L’Essor).

Christophe Castaner insiste sur la lutte contre l’insécurité routière, “pas pour verbaliser mais pour sauver des vies” et dénonce “ces imbéciles” qui posent à côté des radars détruits. Le nombre des radars neutralisés, brûlés ou sciés par des inconnus a considérablement augmenté ces derniers mois pour atteindre les 60 % des quelque 3.200 radars fixes installés. Et ce, depuis la mise en œuvre, le 1er juillet 2018 de la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, puis avec le mouvement des Gilets jaunes, entamé le 17 novembre  2018.

La sécurité routière est la sécurité des Français

Le ministre de l’Intérieur a ainsi déclaré qu”‘assurer la sécurité des Français au quotidien, c’est aussi mener la lutte contre l’insécurité routière”, ajoutant : “C’est très simple, les Français doivent pouvoir accompagner leurs enfants à l’école sans craindre qu’un chauffard brise leurs rêves et leur vie”.

“Le code de la route protège, il doit être respecté”, a martelé Christophe Castaner, prévenant qu’il n’aura “pas de tolérance contre les infractions, pas de complaisance envers ceux qui s’affranchissent de sécurité commune, pas de complaisance non plus pour ceux qui croient acceptable de détruire des radars”.

Avec les parents d’une victime d’un accident

Maire de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) pendant 16 ans (2001-2017), il raconte avec émotion la première fois où il a dû aller annoncer à des parents la mort de leur enfant dans un accident de la route. “J’ai vécu cette démarche comme une violence au point que je suis resté une heure et demi dans ma voiture avant d’aller sonner chez eux”.

Lire aussi, sur L’EssorFilm sur la sécurité routière “L’annonce” : quatre gendarmes décorés

“J’en vois certains qui posent fièrement” à côté des radars “saccagés”, regrette le ministre de l’Intérieur, ajoutant : “Seront-ils aussi fiers quand on frappera à leur porte pour leur annoncer qu’un accident a eu lieu et que dans leur famille, parmi leurs proches, la vitesse a tué ?”

Je sais cette violence-là et elle me permet d’assumer toute forme d’impopularité pour les populistes qui, facilement, veulent nous faire croire qu’au nom des libertés, il faudrait accepter le laisser-faire et le n’importe quoi, y compris sur nos routes”, poursuit M. Castaner.

“Chaque vie fauchée est une perte de trop”

Il rappelle aussi que “l’insécurité routière demeure la première cause de mort violente dans notre pays”, soulignant que “chaque vie fauchée sur les routes est une perte de trop, chaque accident est un accident de trop”.

Alors, conclut-il, il faut poursuivre notre action pour lutter contre l’insécurité routière car pour un trajet plus long de quelques minutes, ce sont autant de vie et de familles préservées”.

P-M.G

A voir également

Vue panoramique de La Trinité (Photo : Creative Commons/HAF 932).

Martinique : l’ancien gendarme a ouvert un restaurant à Tartane

Le restaurant l'Oasis beach de Tartane, sur la commune de la La Trinité, a rouvert ses portes le 2 mars 2019. A sa tête, Laurent Titus, l'ancien l'ancien chef de la brigade de gendarmerie de Trinité

Un commentaire

  1. Gnd Darouel

    Les radars ont fait beaucoup de mal à l’Institution. Nos compatriotes assimilent Gendarmerie et radars. La police de la route et surtout la prolifération des radars fixes a fini de tuer le lien Gendarmerie-Nation. Je ne vais pas pleurer sur ces machines-à-créer-du-ressentiment-sans-créer-de-sécurité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *