// Quiota AMP
vendredi 16 avril 2021
Accueil / A la Une / La thèse du suicide privilégiée dans la mort d’un sous-officier héraultais
Le suicide de ce gendarme porte à neuf le nombre de militaires de l'Arme s'étant donné la mort cette année. (Photo d'illustration / Pxhere)
Le suicide de ce gendarme porte à neuf le nombre de militaires de l'Arme s'étant donné la mort cette année. (Photo d'illustration / Pxhere)

La thèse du suicide privilégiée dans la mort d’un sous-officier héraultais

Le corps sans vie d’un sous-officier de gendarmerie de 57 ans a été découvert en début de matinée, ce lundi 30 novembre, dans le Morbihan. Affecté dans une unité de l’Hérault, l’adjudant-chef aurait prévenu un membre de sa famille avant de se donner la mort

La brigade de recherches de Vannes est en charge de l’enquête. D’après les premiers éléments, tout laisse penser que le militaire a choisi de se suicider avec son arme de service. Une arme retrouvée à côté de lui.

Ce drame porterait à neuf le nombre de gendarmes ayant mis fin à leurs jours depuis le début de l’année. Mi-novembre, un officier supérieur, numéro 4 du groupement blindé de la gendarmerie mobile (GBGM) avait perdu la vie dans des circonstances similaires à Satory.

Lire aussi: Satory: le numéro 4 du GBGM se donne la mort

Suicide: qui appeler à l’aide?

En cas de besoin, les gendarmes ont différent dispositifs à leur disposition. Tout d’abord, ils peuvent contacter le réseau d’accompagnement psychologique de l’Institution. Il est composé de 39 psychologues cliniciens implantés en métropole et, depuis 2016, en outre-mer. Les médecins du service de santé des armées peuvent également les assister dans ces moments difficiles.

Par ailleurs, ils peuvent se tourner vers les assistants sociaux des groupements ou les représentants de la concertation qui ont un rôle d’accompagnement et de lanceurs d’alerte. Enfin, le commandement, aux différents échelons hiérarchiques est également susceptibles de les aider.

Hors de l’Institution, différents dispositifs d’écoute existent en cas de crise suicidaire. Ils sont recensés par le ministère des Solidarités et de la Santé sur cette page. Des conseils et des contacts y sont également présents, à destination des familles ou des proches endeuillés par un suicide.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.