vendredi , 18 juin 2021

Une promotion de l'école de Gendarmerie de Montluçon en 2018.
Une promotion de l'école de Gendarmerie de Montluçon en 2018.

La main tendue des élèves gendarmes de Montluçon aux jeunes délinquants du Centre éducatif fermé de Pionsat

Ce jeudi 20 mai, une centaine d’élèves gendarmes adjoints volontaires (GAV) de l’École de gendarmerie de Montluçon et sept jeunes délinquants du Centre éducatif fermé (CEF) de Pionsat (Puy-de-Dôme) ont marché ensemble dans l’Allier. L’initiative pourrait faire tache d’huile.

L’objectif de cette démarche inédite: créer du lien entre les adolescents multirécidivistes et les futurs gendarmes adjoints. Et rapprocher leurs mondes le temps d’une ballade de dix kilomètres entre Voussac et Fleuriel, dans l’Allier. Cette randonnée a été ponctuée d’activités, comme du brancardage ou du camouflage en forêt, afin de créer de la cohésion. Les jeunes ont pu découvrir le quotidien des militaires. Lesquels ont pu échanger avec eux dans une ambiance détendue et respectueuse.

Renouer le contact entre jeunes délinquants et gendarmes

L’expérience a été rendue possible grâce aux psychologues des deux institutions qui se connaissent et échangent régulièrement explique La Montagne. Ces jeunes en rupture de ban ont ainsi pu renouer le contact avec les forces de l’ordre. De façon pédagogique, il s’agissait aussi de casser les préjugés. D’un côté, en faisant découvrir aux élèves gendarmes adjoints la personnalité de ces adolescents qui méritent qu’on les aide à sortir de l’engrenage de la délinquance. De l’autre, en faisant prendre conscience aux adolescents que derrière l’uniforme, les gendarmes sont des hommes et des femmes comme les autres.

Réticents au début, ces mineurs mis en cause dans des affaires de vols avec violences ou de trafic de stupéfiants, se sont progressivement détendus. Une cérémonie de remise de la rondache (l’écusson de la promotion) a conclu cette journée, très réussie de l’avis général.

“Ce sont des gens en difficulté, ils ont eu un passage à vide. Les motifs de leur présence en CEF me sont étrangers. Nous pratiquons la politique de la main tendue et c’est ce que nous avons fait aujourd’hui, avec réussite semble-t-il”, se félicite le capitaine Erik, commandant la sixième compagnie d’instruction de Montluçon et officier en charge de la tradition.

Lire aussi: Pour Christian Rodriguez, “la série Capitaine Marleau est plutôt pas mal”

De fait, les jeunes du CEF de Pionsat ont visiblement adhéré à cette sortie. “Au début je ne voulais pas venir. Mais ça me plait bien, même si c’est fatiguant. La plupart du temps, les policiers, je les voyais méchants, qui cherchent les embrouilles. Mais là ils sont gentils, on apprend leur routine, ce qu’ils font”, explique l’un d’eux à France 3.

L’expérience pourrait donc être renouvelée. D’après le journal local, les encadrants des deux institutions projettent déjà d’autres sorties communes.

One comment

  1. Très belle initiative assurément ! Je suis certain qu’il en restera quelque chose chez les jeunes GAV tout au long de leur future carrière. De l’autre côté je n’en suis pas certain même si je veux en accepter l’augure…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.