vendredi 30 octobre 2020
Accueil / Société / La liste des fermetures de commissariats et gendarmeries officielle : colère des syndicats

La liste des fermetures de commissariats et gendarmeries officielle : colère des syndicats

Les directions de la Gendarmerie et de la Police ont arrêté jeudi la liste des fermetures de commissariats et de brigades de Gendarmerie programmées dans le cadre de redéploiements, ce qui a suscité vendredi la “colère” des syndicats de police. Les principales organisations de gardiens de la paix ont exprimé vendredi matin leur opposition à la fermeture envisagée par le ministère de l’Intérieur de cinq commissariats après l’avoir apprise officiellement jeudi lors d’une réunion à la direction générale de la police nationale (DGPN).

Les commissariats de Police de Dinan (Côtes d’Armor), Guebwiller (Haut-Rhin), Castelnaudary (Aude), Romorantin (Loir-et-Cher) et Persan-Beaumont (Val d’Oise) devraient être fermés et ces communes passer en zone de Gendarmerie dans le cadre de redéploiements, selon cette liste.

En janvier un nouveau projet de redéploiement et de redécoupage Police/Gendarmerie avait été rendu public par l’Intérieur se traduisant par des fermetures de commissariats et de brigades de Gendarmerie. Huit circonscriptions de police couvrant 19 communes – dont celles retenues jeudi – devaient passer en zone de Gendarmerie. A l’inverse, neuf brigades de Gendarmerie couvrant 17 communes passaient en zone Police.

L’intérieur avait évoqué un “gage d’efficacité opérationnelle” et précisé que ce redéploiement devait être soumis à la concertation des élus et des partenaires sociaux. Les cas des commissariats de Thouars (Deux-Sèvres) et Saint-Gaudens (Haute-Garonne), qui initialement devaient fermer en janvier, sont “à l’étude”, selon la liste rendue publique jeudi.

De même certaines brigades devaint fermer n’ont pas été retenues jeudi, a-t-on appris. “Nous sommes opposés à ces fermetures”, a dit Nicolas Comte, porte-parole d’Unité-police SGP-FO (premier syndicat). “Cela ne règle en rien les économies d’effectifs et de budget” invoquées, selon lui, par l’Intérieur. Alliance (2e syndicat) s’est déclaré “en colère” et appelle à la “mobilisation” indiquant qu’il allait “durcir son combat” si ces fermetures étaient maintenues. L’Unsa-police (3e syndicat) a également fait part de son opposition.

Ces annonces de fermetures ont entraîné localement des mouvement et pétitions d’élus en liaison souvent avec les syndicats de police. Jeudi, à Dinan, une manifestation des syndicats et d’élus a ressemblé quelque 200 personnes après une première manifestation de 500 personne en mars.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.