mardi 13 avril 2021
Accueil / Société / La Ligue contre la violence routière soutient gendarmes et policiers
Les gendarmes du Psig Sabre de Palaiseau participent aux contrôles du respect du confinement. (Photo L.Picard / L'Essor)
Les gendarmes du Psig Sabre de Palaiseau participent aux contrôles du respect du confinement. (Photo L.Picard / L'Essor)

La Ligue contre la violence routière soutient gendarmes et policiers

La Ligue contre la violence routière dénonce la “violence quotidienne insupportable” qui frappe quotidiennement les gendarmes et les policiers. Chaque jour, “ils sont insultés et mis en danger lors des contrôles qu’ils effectuent pour nous protéger“.

Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière dédie” en effet le dernier numéro de la revue de l’association aux forces de sécurité. Elle assure que ces violences “semblent se banaliser et croître particulièrement depuis deux ans”. Elle rappelle à cet égard le chiffre d’un refus d’obtempérer en moyenne toutes les 30 minutes. Les refus d’obtempérer augmentent en effet chaque année lors de contrôles d’alcoolémie ou de vitesse. Et depuis un an, lors des contrôles liées au confinement et au couvre-feu en raison de la crise sanitaire.

Lire aussi: Refus d’obtempérer, agressions ou insultes: le difficile quotidien des gendarmes chargés de faire respecter le confinement

“Délinquants” et “décérébrés”

“Délinquants qui roulent sans permis, sans assurance, sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants à bord de voitures volées” énumère Chantal Perrichon. En ajoutant à la liste les “décérébrés qui se relaient pour signaler et plomber les dispositifs mis en place pour les contrôles d’alcool“.

Selon les derniers chiffres donnés à L’Essor par la Gendarmerie, les militaires comptabilisent en moyenne un refus d’obtempérer toutes les 40 minutes. Le 4 juillet 2020 dans le Tarn-et-Garonne, la gendarme Mélanie Lemée, 26 ans, était mortellement blessée par un chauffard. Celui-ci roulait sans permis et avait consommé de la drogue. Il avait percuté la jeune femme avec son véhicule pour se soustraire à un contrôle.

Lire aussi: Une gendarme du Lot-et-Garonne tuée par un fuyard sur un barrage routier

Lire aussi: Deux gendarmes grièvement blessés après le refus d’obtempérer d’un automobiliste dans le Gard

Le refus d’obtempérer est un délit sanctionné par une amende de 7.500 euros maximum et une perte de 6 points.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.