mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / La Gendarmerie promeut sa troisième officière générale, Patricia Boughani
La colonelle Patricia Boughani, à gauche (Crédit photo: DC/L'Essor).
La colonelle Patricia Boughani, à gauche (Crédit photo: DC/L'Essor).

La Gendarmerie promeut sa troisième officière générale, Patricia Boughani

C’est la troisième femme qui pourra porter les étoiles en Gendarmerie. Patricia Boughani, commandante du groupement sud de la gendarmerie des transports aériens GTA), vient en effet d’être promue générale de brigade. La promotion, signalée dans un décret du 22 mai, prendra effet au 1er juin.

Avec cette élévation de grade, Patricia Boughani devient la seule officière générale de l’Arme ayant un commandement dans la Gendarmerie. L’Institution compte en effet deux autres générales détachées. La générale de division Isabelle Guion de Méritens est actuellement inspectrice générale de l’administration, et la générale de brigade Anne Fougerat secrétaire générale de la Garde nationale. Détail vestimentaire: les officières de la Gendarmerie ne sont pas coiffées d’un képi mais d’un postillon. Celui-ci porte les insignes du grade.

Lire aussi L’Essor: La colonelle Boughani à la tête de la GTA Sud

Le parcours de Patricia Boughani

Licenciée en droit et diplômée du collège inter-armées de défense et de l’école des officiers de la Gendarmerie nationale (EOGN), la colonelle Patricia Boughani se distingue par son appétence pour le maintien de l’ordre. Cette officière est l’une des rares femmes à avoir commandé un escadron de gendarmerie mobile. Elle a ainsi commandé l’escadron 11/2 de Bouliac après sa sortie de l’EOGN. Elle sera ensuite cheffe de section à l’école des officiers et responsable de la dominante Maintien de l’ordre.

La colonelle a également enchaîné les postes en gendarmerie départementale (compagnie de Toulouse-Saint-Michel) et à la direction générale. Elle a en outre été la chargée de mission “sécurité intérieure” à la représentation permanente de la France auprès des Nations-Unies. Avant la Gendarmerie, Patricia Boughani avait servi dans l’armée de Terre et à la direction du service national.

Les autres nominations

Outre Patricia Boughani, dix colonels d’active et en deuxième section sont nommés généraux de brigade par ce décret du 22 mai. En tout, la Gendarmerie comptera alors 126 officiers généraux à cette date. Il s’agit de :

– Hervé Flammant, troisième adjoint du commandement des écoles.
– Marc de Tarlé, adjoint au sous-directeur de la police judiciaire.
– Ronan Le Floc’h, à la direction des opérations et de l’emploi, qui est nommé commandant du groupement de gendarmerie départementale des Bouches-du-Rhône.
– Marc Hamel, commandant le centre d’enseignement supérieur de la Gendarmerie (CESG).
– Jean-Pierre Gesnot, chef du bureau du personnel officiers.
– Richard Caminade, chargé de projet maintien de l’ordre à la direction générale.
– Tony Mouchet, chargé de mission auprès du directeur des opérations et de l’emploi.
– William Vaquette, direction des personnels militaires de la Gendarmerie, chargé du dossier retraites.
– Hervé Massiot, chef de la division formation au Centre national d’entraînement des forces de Gendarmerie de Saint-Astier.

Enfin, le colonel Xavier Denis est nommé, en deuxième section, général de brigade au 1er septembre.

Lire aussi sur L’Essor: Info L’Essor : découvrez la liste des 41 généraux nommés ou promus en 2019

G.T.

A voir également

Photo d’illustration DC/L'Essor

Mobilité: les régions les plus et les moins attractives

Pour les gendarmes, les régions les plus attractives sont la Nouvelle-Aquitaine, la Bretagne, les Pays de Loire, l’Occitanie, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

9 Commentaires

  1. Félicitations à mes camarades Armando et Didier pour leurs étoiles bien méritées.
    Amicalement
    Lt Col Marche

  2. BELLENGER

    JE SUIS ABASOURDI PAR LE NOMBRE DE GENERAUX JE LE DIS OUVERTEMENT A QUOI SERVENT ILS
    COMME JE L AI DEJA DIT LE BUDGET GENDARMERIE EN PREND UN COUP ………
    De mon temps il y en avait moins et la Gendarmerie marchait aussi bien sinon mieux

  3. POINSOT

    Félicitations à Patricia et suis très ému pour ses parents et en particulier pour son père Bachir.
    Respectueusement
    P.P. / Major (ER)

  4. Lajos K

    Sinon on peut aussi éviter la novlangue, et simplement féliciter les nouveaux officiers généraux, qu’ils soient personnels féminins ou masculins de la GN.

    • claude 34

      Une chose me hérisse plus que la multiplication des Généraux dans la Gendarmerie , quoi que cela devienne maintenant de plus en plus saugrenu …

      Ce qui me hérisse au point qu’ instinctivement je saute la lecture des mots c ‘est la féminisation débile de grades. C’est d’une nullité crasse .

      Officière Générale , Commandante , Générale de Brigade , Officière Générale , Colonelle … N’oublions pas les Adjudantes-Cheffes , les Sergentes ou autres …

      On pourrait ajouter : pauvre France !!!
      Mais à quoi bon …

      • Veyret

        Et n’oublions pas l’aspirante !…

      • ET N’OUBLIONS PAS LES ASPIRANTES !…

        • La rédaction

          Monsieur, je ne comprends pas le sens de votre remarque.
          Cordialement

  5. Plessis

    “Outre Patricia Boughani, dix colonel sont nommés généraux”. Les officiers généraux féminins auraient-elles plus de valeur que leurs homologues masculins pour être ainsi mises en avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *