mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Société / Jean-Marc Falcone, nouveau directeur général de la Police nationale
(Photo d'illustration L'Essor.)

Jean-Marc Falcone, nouveau directeur général de la Police nationale

Jean-Marc Falcone, un ancien policier de bientôt 61 ans, a été nommé mercredi directeur général de la Police nationale (DGPN) en remplacement de Claude Baland. M. Falcone était il y a peu le conseiller police/sécurité au cabinet de l’ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Né le 1er juin 1953, M. Falcone a débuté sa carrière comme commissaire de police, à Lille en 1979 puis à Grenoble et Fort-de-France avant de rejoindre la préfectorale en 1990. Il a notamment été sous-préfet de Corte (Haute-Corse) puis directeur de cabinet du préfet de région Rhône-Alpes en 1996-1997 avant de devenir en 1997 le chef de cabinet du secrétaire d’Etat à l’Outremer Jean-Jack Queyranne dans le gouvernement de gauche de Lionel Jospin.

En 2001, il est aussi membre du cabinet de Christian Paul à ce même secrétariat d’État. Entre 2006 et 2008 il a été l’adjoint du M. Intelligence économique du gouvernement, Alain Juillet. Il est préfet du Tarn en 2012 lorsqu’il rejoint le cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault au poste sensible de conseiller des affaires intérieures. Il était sans affectation depuis l’arrivée de Manuel Valls à Matignon et son arrivée à la DGPN n’est pas une surprise dans les rangs policiers.

Un départ programmé pour Claude Baland

Le départ de Claude Baland, à ce poste depuis mai 2012, était programmé, selon des sources policières. Il était reproché à M. Baland un manque d’autorité et de charisme à ce poste très exposé et influent où il a la main sur quelque 140.000 fonctionnaires de police. Le DGPN est “au cœur de tous les dossiers et réformes” et M. Baland n’a pas fait l’unanimité malgré un style avenant et un humour à tout crin.

Il manquait à la police un chef, ont assuré ces sources, notamment face au poids et à l’autorité du directeur général de la Gendarmerie nationale (DGGN) Denis Favier, l’autre force de l’ordre sous la coupe du ministère de l’Intérieur. Claude Baland a du gérer notamment les réformes de la “Police des polices”, du nouveau code de déontologie impulsées par Manuel Valls à Beauvau entre 2012 et 2014. Il a du aussi, de manière moins visible, assurer la transparence du système des frais de police après le scandale de l’enquête sur les primes en liquide versées place Beauvau du temps de Claude Guéant. Et a beaucoup insisté et œuvré pour le social dans la Police, parfois délaissé.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. ZORBALEGREC

    curieux car a 6O ans on envoie les seniors AUX CAISSES DE RETRAITES OU AUX ASSEDIC ,,,??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.