dimanche , 13 juin 2021

Cocaïne pendant la garde à vue : un homme condamné pour une série d'infractions par le tribunal correctionnel de Montauban (Photo d'illustration : Flickr/Creative Commons).
Cocaïne pendant la garde à vue : un homme condamné pour une série d'infractions par le tribunal correctionnel de Montauban (Photo d'illustration : Flickr/Creative Commons).

Insultes, menaces et cocaïne en garde à vue: il fait vivre l’enfer aux gendarmes de Villebrumier

Conduite dangereuse, défaut de permis, outrages, menaces de mort, cocaïne en garde à vue… C’est ce cocktail explosif qui a conduit un homme de 28 ans devant le tribunal correctionnel de Montauban, mardi dernier.

Résultat : 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt et 500 euros de dommages et intérêts pour les deux gendarmes qui l’ont interpellé. Il faut dire qu’en l’espace de quelques heures, le prévenu s’est rendu coupable de 9 délits. Relatée dans son édition du jour par La Dépêche, l’histoire est peu banale.

Il prend de la cocaïne dans les toilettes

Tout commence dimanche par un contrôle routier à Labastide-Saint-Pierre, dans le Tarn-et-Garonne. Un automobiliste imprudent est arrêté par deux militaires. Ces derniers le conduisent à la brigade de Villebrumier pour le passer à l’éthylomètre. Commence alors pour eux un véritable enfer. “En six ans de Gendarmerie, cela a été le plus long trajet de ma carrière”, témoigne un des gendarmes. Et pour cause. Non menotté, l’automobiliste abreuve d’insultes les militaires et va jusqu’à les menacer de mort. L’avocate des parties civiles raconte que l’homme a même tenté à plusieurs reprises de leur subtiliser leur arme de service et de tirer le frein à main de leur véhicule.

Placé en garde à vue après ce trajet pour le moins mouvementé, le prévenu n’en a pourtant pas fini avec ses facéties. Il demande à se rendre aux toilettes. A son retour, il jette sur une table devant les gendarmes stupéfaits un papier d’aluminium contenant des traces de… cocaïne.

Il tente d’amadouer le tribunal

En larmes, cet homme de 28 ans a tenté d’amadouer le tribunal. Il évoque la maladie de son bébé de 8 mois, atteint d’un syndrome au crâne, et la dépression de sa femme de 19 ans. “Je n’étais pas dans mon état normal. Je ne me reconnais pas, d’ailleurs je ne me souviens de rien”, répète celui qui circulait en outre sans permis de conduire. “Il porte un nom qui supporte tous les préjugés”, argumente son conseil. “C’est un écorché vif”.

Lire aussi: 18 mois de prison avec sursis pour le Dacquois bipolaire et complotiste qui avait attaqué la gendarmerie

Mais le procureur se montre inflexible. “Il se fait un petit rail de coke dans les toilettes de la gendarmerie, c’est ahurissant !”, tonne le magistrat qui requière 12 mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt. Le tribunal se montrera clément en coupant la poire en deux. Les deux gendarmes resteront quant à eux marqués par cet épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.