mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité Île-de-France / Installation d’un nouveau service central de la police technique et scientifique
Scène de crime
Scène de crime police technique et scientifique à Ecully, siège de l'INPS Photo d'illustration (Photo AJS).

Installation d’un nouveau service central de la police technique et scientifique

Le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a installé vendredi Frédéric Dupuch, inspecteur général de la police nationale, comme chef du service central de police technique et scientifique (PTS), une nouvelle structure créée pour accompagner la massification du recours à la PTS.

Jadis activité réputée besogneuse, la police technique et scientifique est passée de l’ombre à la lumière à la faveur de son précieux apport dans la résolution de grandes affaires criminelles, comme dernièrement celle du massacre de la famille Troadec, la lutte anti-terroriste ou encore via de populaires séries télévisées montrant le quotidien d'”experts“.

Elle est en outre confrontée depuis plusieurs années à une massification de ses usages. “En France, statistiquement, une intervention de police technique et scientifique est réalisée chaque minute“, a souligné le ministre à Ecully, près de Lyon, siège du nouveau service central.  “La police technique et scientifique est devenue un véritable outil de proximité destiné à lutter aussi contre la délinquance de masse et à garantir la sécurité publique“, a-t-il complété.

Photo d’illustration (L’Essor).

80% de ses activités visent des faits “relevant de la délinquance de tous les jours“, a abondé Frédéric Dupuch. “Il fallait prendre en compte ce déplacement du centre de gravité“, a-t-il remarqué.

Ce nouveau service central, directement rattaché à la Direction générale de la police nationale (DGPN), assure “dorénavant et pour la première fois le suivi des 3.500 agents chargés de mission de police technique et scientifique dans le pays, ainsi que le suivi scientifique du travail de 11.000 policiers polyvalents“, a détaillé le ministre de l’Intérieur.

La nouvelle entité aura à son programme, entre autres, l’évolution des doctrines, des modalités d’intervention, d’organisation et d’analyse, ou encore la rationalisation des ressources locales. Elle exerce par ailleurs la tutelle fonctionnelle sur l’Institut national de police scientifique, également basé à Ecully, et dont Frédéric Dupuch était jusqu’ici le directeur.

Annoncée en septembre 2016 par la DGPN, la création du service central donne corps aux recommandations de plusieurs rapports. Dans le dernier en date, en février 2017, les magistrats de la Cour des Comptes soulignaient la “sédimentation” et “la grande complexité” des structures de police technique et scientifique au sein de la maison policière.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *