vendredi , 18 juin 2021

L'hommage des gendarmes de montagne à leur camarade Alain Iglésis, lundi 24 mai à Chamonix (Coll. B. Agresti).
L'hommage des gendarmes de montagne à leur camarade Alain Iglésis, lundi 24 mai à Chamonix (Coll. B. Agresti).

Hommage à “Julio” Iglésis, le “Petit Prince” du Mont-Blanc

L’adjudant Alain Iglésis, grande figure du PGHM de Chamonix, a reçu lundi un hommage simple et émouvant. “Julio”, – son surnom pour la grande famille de la montagne – a péri le 19 mai dans le massif du Mont-Blanc.

Lire aussi: Alain Iglésis, grande figure du PGHM de Chamonix, mort dans une avalanche dans le massif du Mont-Blanc

“Nourri et aimé par la montagne depuis ton plus jeune âge”

La cérémonie a eu lieu en début d’après-midi sur la DZ (héliport des secours) de Chamonix. Devant son épouse, ses deux garçons, ses amis guides et ses anciens camarades du PGHM. Le colonel Blaise Agresti, ex- chef du PGHM (1998-2002) l’a qualifié de “Petit Prince” du Mont Blanc, “enfant nourri et aimé par la montagne depuis ton plus jeune âge”. .

“Un premier à marcher”

Il a rappelé que l’ancien gendarme avait exploré “les plus belles montagnes du monde : en Alaska, dans le Yosemite, en Europe et ailleurs”. Mais que son “jardin secret restait le mont Blanc”. Le colonel Agresti a souligné qu’Alain Iglésis avait eu “une carrière unique” dans les secours en montagne. Arrivé en effet le plus jeune au PGHM de Chamonix, il l’avait quitté le plus ancien en limite d’âge. Soit 37 ans en Gendarmerie, dont 36 années en PGHM. “Tu avais fait le noble choix d’être un sans-grade, un simple gendarme-secouriste, un premier à marcher”, a-t-il dit.

Au PGHM, tu es ce référent discret, toujours prêt à partir “, a relevé le colonel Agresti. “En première ligne piocher au fond d’une crevasse, conduire un groupe en perdition dans la vallée Blanche, être treuillé dans une face, partir en caravane terrestre”. En se déclarant “profondément convaincu que le PGHM, les alpinistes et la communauté montagne te doivent beaucoup”.

Les cendre d’Alain Iglésis seront dispersées dans le massif du Mont-Blanc

L”actuel chef du PGHM de Chamonix, le lieutenant-colonel Stéphane Bozon a retracé la longue carrière de l’adjudant Iglésis depuis son arrivée en 1982. Il avait aussi réussi le stage de guide en 1988. Le lieutenant-colonel Bozon a insisté que “la connaissance très fine” qu’avait “Julio” du massif du Mont-Blanc. “Robuste, agile, expérimenté, fin connaisseur des itinéraires, tu as été le secouriste qui a certainement conduit au monde le plus grand nombre d’opérations”. Alain Iglésis avait quitté le PGHM en août 2018. Le commandant du PGHM a dit sa “fierté d’avoir été un des compagnons de cordée avec toi et le dernier de ses patrons”.

Par ailleurs, ses camarades du PGHM lui ont écrit une lettre publiée par le quotidien Le Dauphiné. Dans cet hommage, ils saluent “un homme entier, taillé dans ce bois brut qui fait les montagnards”.

Les cendres d’Alain Iglésis seront dispersées dans les prochains jours dans le massif du Mont-Blanc. Au sommet de l’aiguille Verte qu’il avait gravi à 105 reprises et dans le secteur du refuge de la Charpoua.

PMG

2 comments

  1. condoléances pour sa famille.

  2. Merci !Je vous remercie d’avoir partagé avec Alain sa passion ,il avait trouvé une deuxième famille !
    Milles merci
    Henri le frère d’Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.