jeudi 1 octobre 2020
Accueil / L'actualité Bretagne / En garde à vue à la gendarmerie de Lamballe pour avoir giflé Valls
Manuel Valls (à gauche, de dos) a été giflé par un jeune homme (à droite) lors d'un déplacement à Lamballe, dans les Côtes d'Armor, dans le cadre de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Le jeune homme a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Lamballe. Capture d'écran BFM TV/Le Télégramme

En garde à vue à la gendarmerie de Lamballe pour avoir giflé Valls

Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Lamballe, dans les Côtes d’Armor, mardi 17 janvier, après avoir giflé Manuel Valls. L’ancien Premier ministre était en déplacement en Bretagne dans le cadre de la campagne pour les primaires de la Belle Alliance Populaire.

Manuel Valls serrait des mains en sortant de la mairie quand le jeune homme qui se tenait en retrait le long d’une barrière de chantier, s’est penché en avant pour le gifler, précise un journaliste de l’AFP présent sur les lieux.

La scène, très furtive, a été filmée par le Télégramme. La vidéo montre le jeune homme, grand et élancé, les cheveux bouclés, serrer la main que lui tend Manuel Valls et en profiter pour lui asséner une gifle du bout des doigts.

Un membre du service de sécurité l’a aussitôt plaqué au sol. En tombant, le jeune homme a entraîné dans sa chute la barrière métallique.

Selon BFM TV, l’auteur de la gifle serait âgé de 19 ans. Il serait proche de la mouvance indépendantiste. Le jeune homme aurait déclaré aux gendarmes qu’il “n’aimait pas la façon dont Manuel Valls traitait les citoyens”. La chaîne d’information en continu ajoute qu’il a été placé en garde à vue pour “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”.

Le ministre de la Défense et président de la région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, qui accompagnait le candidat, a aussitôt demandé à Manuel Valls: “Ça va, Manuel?”, avant de s’engouffrer avec lui dans leur voiture stationnée à quelques mètres de là.
Peu après, Manuel Valls, détendu, a réagi à l’incident devant la presse: “Je ne suis pas venu parler de moi. Il y a toujours des individus qui veulent
empêcher la démocratie de s’exprimer”, a-t-il dit. Et d’ajouter: “Il y a ceux qui contestent la démocratie et ceux qui l’incarnent comme les hommes politiques. La démocratie ne peut pas être la violence.”

Manuel Valls avait été enfariné alors qu’il visitait le marché de Noël à Strasbourg, le 22 décembre 2016.

L’ancien Premier ministre aurait dû tenir un meeting à Rennes, en Ille-et-Vilaine, lundi 16 janvier mais la réunion a été annulée, officiellement en raison de l’agenda de Jean-Yves Le Drian.

Rennes a été un foyer très actif de contestation de la loi El Khomri, dite « loi travail », au printemps dernier.

“Il ne faut jamais avoir peur. Il faut parfois être prudent. Ça ne sert à rien de mobiliser des forces de l’ordre inutilement. Il y a parfois des gens qui veulent empêcher des réunions mais cela ne doit pas nous empêcher de faire campagne », a expliqué Manuel Valls, dans une interview à Ouest-France.

La vidéo de la gifle tourne en boucle sur BFM TV.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *