mardi 29 septembre 2020
Accueil / Société / Un Français sur deux a entendu parler de la Garde nationale
Des réservistes de la gendarmerie des Alpes Maritimes à l'entraînement en août 2016. (Photo D.C L'Essor)
Des réservistes de la gendarmerie des Alpes Maritimes à l'entraînement au tir en août 2016. (Photo D.C L'Essor)

Un Français sur deux a entendu parler de la Garde nationale

49% des Français, soit près d’un Français sur deux, a déjà entendu parler de la Garde nationale  selon un sondage commandé à l’Ifop par le Secrétariat d’information du gouvernement (SIG), auquel « L’Essor » a eu accès.
L’enquête visait à mieux cerner la connaissance et la notoriété de la Garde nationale, qui regroupe les réserves des armées, de la Gendarmerie et de la Police. Elle a été menée, par téléphone les 9 et 10 décembre 2016, auprès d’un échantillon de 1.004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

« Un niveau de notoriété encourageant » 

Deux mois après le décret officialisant la création de la Garde nationale (13 octobre 2016), les résultats de cette première enquête font ressortir « un niveau de notoriété encourageant » selon les mots du secrétaire général de la Garde nationale, le général Gaëtan Poncelin de Raucourt.
Sur les 49% de Français qui ont « déjà entendu parler de la Garde nationale », 23% voient clairement ce dont il s’agit, soit près d’un Français sur quatre.
Par ailleurs, le niveau d’adhésion des Français à la Garde nationale est très fort : 84% des Français interrogés considèrent que la création de la Garde nationale est une « bonne chose ».

Un Français sur quatre souhaite rejoindre la Garde nationale

Cette enquête révèle également que 28 % des personnes sondées sont intéressés par un engagement dans les réserves. Parmi ces personnes, 13 % se disent « fermement » intéressées par la Garde nationale. Parmi les Français qui souhaitent s’engager, 37 % ont moins de 25 ans, et 37% proviennent de milieux populaires.
Si le secrétariat de la Garde nationale vise à rendre les réserves à la fois “plus jeunes et plus attrayantes”, les profils des réservistes, eux, sont variés. Les réserves sont composées à 40% d’actifs des secteurs publics et privés, 20% d’étudiants, 15% de retraités et 2 à 3% de chômeurs.
Nathalie DELEAU
Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *