jeudi 6 mai 2021
Accueil / A la Une / L’ex-président de l’UNPRG râle contre le déroulement de la cérémonie du 16 février à l’Arc de Triomphe
Cérémonie de ravivage de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu, sous l'Arc de Triomphe, à Paris, à l'occasion de la journée d'hommage aux morts de la Gendarmerie, le 16 février 2021. (Photo: DR)
Cérémonie de ravivage de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu, sous l'Arc de Triomphe, à Paris, à l'occasion de la journée d'hommage aux morts de la Gendarmerie, le 16 février 2021. (Photo: DR)

L’ex-président de l’UNPRG râle contre le déroulement de la cérémonie du 16 février à l’Arc de Triomphe

Ancien président de l’UNPRG , Henri Martinez vient d’adresser au directeur de la Gendarmerie un courrier virulent. Il dénonce l’absence de gerbe de l’UNPRG le 16 février, date de l’hommage aux morts de la Gendarmerie, sous l’Arc de Triomphe.

Chaque année, le 16 février, les associations participent aux cérémonies d’hommage aux morts de la Gendarmerie qui se tiennent dans toute la France. Cette année, Covid-19 oblige, la cérémonie aux Invalides n’a pas eu lieu.

Lire aussi: Covid-19: pas de cérémonie d’hommage aux morts de la Gendarmerie aux Invalides

Celle du dépôt de gerbes sur la tombe du Soldat inconnu a vu son format réduit. Neuf personnes présentes seulement. Et une seule gerbe au nom des toutes les associations déposée par le général d’armée Marc Watin-Augouard (2S), président du Trèfle.

“Un camouflet pour l’UNPRG”

Président de l’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) pendant dix ans avant de quitter son poste il y a cinq mois, Henri Martinez a donc réagi vigoureusement. Dans son courrier “qui n’engage aucunement la direction de l’UNPRG“, il rappelle un fait. A son départ de l’Entente-Gendarmerie, regroupant sept associations, l’UNPRG avait obtenu de déposer sa propre gerbe, lors de l’hommage aux morts. “La décision de la DGGN de nous (en) priver, écrit-il, est un camouflet pour l’UNPRG“. L’ancien président de l’UNPRG “ne comprend pas les explications de la DGGN sur les contraintes sanitaires“, ajoutant: “Cette décision marginalise notre association”.

Lire aussi: UNPRG: Martinez part, mais son équipe resterait en place

“Le temps au recueillement pas à la polémique”

Pourtant, l’association n’était pas absente sous l’Arc de Triomphe. S’y trouvait en effet le président de l’union départementale (UD) de Paris, Daniel Cerdan. Il a même participé à la cérémonie. Dans un message adressé aux unions départementales de l’UNPRG, Daniel Cerdan dit qu’il a eu l”‘honneur de porter le drapeau de la Flamme pour honorer nos frères d’armes disparus”. Pour lui, la “lettre de mécontentement de notre ancien président porte préjudice à notre image”. Et ce, “au moment ou les présidents d’UD se démènent pour attirer de nouveaux adhérents“. Le courrier de Henri Martinez “ne met pas en valeur notre association. Le temps n’était pas à la polémique mais au recueillement”.

PMG

Crowdfunding campaign banner

3 Commentaires

  1. Desbois

    Oui, recueillement et c’est l’essentiel.

  2. Hirondelle

    L’UNPRG serait-elle devenue la représentation du village gaulois de Goscinny et Uderzo ?
    Le trouble est né de la contestation de la décision du DGGN exposée dans l’article de l’Essor..
    Or, sauf démenti présidentiel, le propos laisserait apparaître son acceptation et partage d’une partie des membres du conseil d’administration à défaut d’être exprimé par son vote majoritaire. Consécutivement, le propos pourrait engager la ligne associative dont la seule expression relève de son représentant légal, le président.
    A défaut, la réplique est intervenue dans une sorte de lettre ouverte prenant à témoins les présidents des Unions départementales. Elle émane du président de l’une d’elles, dont il a su relancer le feu par l’accroissement du volume des adhérents. Celui qui s’éteindrait progressivement dans le paysage national, constat présenté comme la conséquence de la scission d’avec l’Essor et de ses conséquences sur le financement actuel du magazine de l’association.
    La présidence actuelle de l’UNPRG mettra-t-elle en œuvre, à l’égard du scripteur, des dispositions statutaires de nature à bien affirmer l’unité de ligne de son CA et ainsi de conforter le siège actuel de son président ?
    L’envoi du courrier sur un problème mineur paraît constituer le détonateur imprudemment allumé du dynamitage de l’instance administrative de direction de l’UNPRG. Le préalable à ce que le phénix renaisse de ses cendres ?
    L’image offerte incite à suggérer la nécessaire union des convictions des représentants de l’active et de retraités dans un dispositif de représentation mieux identifiable du public et bien plus efficace par la voix portée comparativement à celle des myriades et obédiences actuelles.

  3. palombe

    Bonsoir,

    Le public,qui a heureusement d’autres centres d’intérêts que les associations essentiellement de retraités de la Gendarmerie, se contrefiche d’ “un dispositif de représentation mieux identifiable”.
    C’est être très égocentrique de prétendre le contraire
    Cette querelle grotesque car infondée et excessive intéresse peu de monde.
    C’est la même personne qui est à l’origine de la rupture du lien de l’UNPRG avec “L’Essor”…avant de faire son mea culpa,si j’ai bien lu.
    Bof !…
    What else ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.