lundi 19 août 2019
Accueil / Société / Des équipes privées de protection sur les cargos français à partir de mardi
Les navires de transport battant pavillon français pourront embarquer à partir de mardi des équipes armées de sociétés privées pour assurer la protection des bâtiments contre la piraterie maritime à l'ouest de l'Afrique et en Mer Rouge et dans l'Océan Indien.

Des équipes privées de protection sur les cargos français à partir de mardi

Les navires de transport battant pavillon français pourront embarquer à partir de mardi des équipes armées de sociétés privées pour assurer la protection des bâtiments contre la piraterie maritime à l’ouest de l’Afrique et en Mer Rouge et dans l’Océan Indien.

Cinq décrets d’application de la loi du 1er juillet 2014 “relative aux activités privées de protection des navires”, sont parus dimanche au Journal officiel. Ces textes prévoient notamment les modalités de certification de ces sociétés auprès du Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps), le type et le nombre d’armes embarquées ainsi que les conditions de leur stockage sur les navires. Sauf dérogation expresse, ces équipes ne pourront embarquer sur des navires de plaisance et de passagers.

Un arrêté délimite précisément les zones maritimes dans lesquelles ces équipes privées seront autorisées. La première est au large de l’Afrique de l’Ouest entre le Sénégal et l’Angola et la seconde en Mer Rouge et dans l’Océan Indien entre le détroit d’Ormuz et le Mozambique.

Jusqu’à présent, les navires français ne pouvaient embarquer que des commandos marine de la Marine nationale. Moins d’une dizaine de sociétés françaises sont susceptibles actuellement de fournir des équipes armées pour la protection des navires dans un marché tenu dans sa quasi totalité par des entreprises anglo-saxonne. Selon le Bureau maritime international, 178 cas de piraterie ont été enregistrés entre les mois de janvier et de septembre 2014, en baisse de 5 % par rapport à la même période de 2013.

A voir également

La caserne Delcassé, où réside le gendarme accusé de viol (Crédit photo: Google maps).

La garde à vue du jeune gendarme accusé de viol levée (actualisé)

Un jeune gendarme est accusé de viol. Il a été placé en garde à vue ce lundi 29 juillet dans l'après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *