jeudi 1 octobre 2020
Accueil / L'actualité Nouvelle Aquitaine / Poitiers : contrôlé par la police, le conducteur de l’ambulance dépose plainte
Motards de la Police à Caen en janvier 2015 (SD Essor)
Motards de la Police nationale (Photo d'illustration S.D L'Essor).

Poitiers : contrôlé par la police, le conducteur de l’ambulance dépose plainte

Une enquête judiciaire a été ouverte pour tenter d’éclaircir les circonstances dans lesquelles s’est déroulé à Poitiers un contrôle routier sur une ambulance, contesté par le chauffeur, a-t-on appris mercredi auprès du Parquet.

Les faits remontent au 28 décembre. Un policier, qui effectuait des contrôles de vitesse sur une avenue de l’agglomération, avait contrôlé une ambulance à 97km/heure dans une zone limitée à 70km/heure. L’ambulance, dont la sirène et les gyrophares étaient en fonctionnement, zigzaguait entre les véhicules pour se frayer un chemin et avait franchi un carrefour au feu rouge.

Le policier avait alors décidé d’intervenir, mais l’ambulancier avait refusé de s’arrêter, jusqu’à ce que le policier sorte son arme. L’ambulancier avait alors obtempéré et expliqué être mandaté par le Samu pour transporter une femme en détresse respiratoire vers le CHU de Poitiers.

“Je lui ai expliqué et répété que je faisais un transport pour une urgence vitale et que je ne pouvais pas m’arrêter”, a dit l’ambulancier, souhaitant rester anonyme, au quotidien La Nouvelle République.

“Le policier m’a demandé mes papiers. Il a pris mon permis en photo en m’indiquant que je recevrais un procès-verbal par courrier”, a-t-il ajouté. L’ambulancier a déposé plainte contre le policier.

La Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a réagi mercredi dans un communiqué, indiquant que “l’utilisation des moyens sonores et lumineux d’une ambulance n’autorise toutefois pas le conducteur de celle-ci à se soustraire à un éventuel contrôle de police”.

Selon elle, “il est avéré que le transport opéré par l’ambulance qui était missionnée par le Samu, n’avait aucun caractère d’urgence vitale”. “Quant à la sortie d’arme du fonctionnaire se sentant menacé dans son intégrité face à une situation qu’il a qualifiée de refus d’obtempérer de la part du conducteur, il lui appartenait d’apprécier cette menace”, a-t-elle ajouté.

Parallèlement à l’enquête judiciaire, une procédure administrative a été ouverte, précise la DDSP.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *