dimanche 27 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Enquête sur l’attentat à Nice : Hollande salue la bonne coopération des services de l’Etat
Le ministère de la justice (Photo d'illustration L'Essor).
Le ministère de la justice (Photo d'illustration L'Essor).

Enquête sur l’attentat à Nice : Hollande salue la bonne coopération des services de l’Etat

François Hollande a salué lundi “le très bon fonctionnement” de la coopération entre la police et la justice mais aussi plus spécifiquement entre le parquet antiterroriste de Paris et celui de Nice, mobilisés dans l’enquête sur l’attentat qui a frappé cette ville, lors d’une visite au ministère de la Justice.

“Ça a très bien fonctionné entre les deux parquets, le parquet antiterroriste et celui de Nice, mais aussi entre la police et la justice”, a salué le chef de l’État qui a rencontré pendant près d’une heure lundi après-midi des fonctionnaires de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG), place Vendôme, à Paris.

Aux personnels de cette direction du ministère de la Justice mobilisés dans l’enquête sur l’attentat meurtrier à Nice, il a “exprimé (sa) gratitude. Je sais ce que c’est de travailler dans ces conditions-là”. “Lors d’un attentat, il faut nous mobiliser tous à chaque niveau (…) pour que l’enquête puisse déboucher sur l’arrestation de complices, s’il y en a, et des groupes qui ont pu appuyer l’auteur de cette tuerie, pour qu’il n’y ait pas de répliques”, a souligné le président de la République lors d’une rencontre avec une demi-douzaine de ces magistrats qui travaillent depuis jeudi sur l’attentat de Nice.

“Justice, police, gendarmerie, nous travaillons ensemble pour le déroulement de l’enquête, pour avoir les informations disponibles et pour pouvoir donner les instructions nécessaires”, a encore insisté François Hollande.

Le ministère de la Justice a précisé que 21 magistrats du ministère travaillent sur l’attentat, dont “une quinzaine” à la seule DACG. M. Hollande, accompagné du garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, a été reçu par le directeur des Affaires criminelles et des grâces, Robert Gelli. M. Urvoas a relevé que c’est la “première fois” qu’a pu être utilisée une “circulaire de décembre” qui, “après les attentats du Bataclan”, a établi “une doctrine sur l’articulation entre parquets locaux et parquet antiterroriste de Paris”.

François Hollande a aussi salué l’utilité de la DACG pour l’information du public sur l’enquête, tout en soulignant que “c’est François Molins, le procureur de la République, qui a donné les informations sur l’enquête, pas le président de la République, pas le Premier ministre ou le ministère de l’Intérieur, car c’est la logique de nos institutions”.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *