L'Essor

Mali : un soldat français tué dans un “accrochage avec des terroristes”

Julien Barbé, caporal-chef au 6 ème régiment du génie

Un militaire du 6e régiment de génie d’Angers  est mort dans une embuscade hier dans l’est du Mali, près de la frontière du Burkina Faso, a annoncé aujourd’hui la présidence française.

Les faits se sont produits lors d’une opération militaire tripartite de la force française Barkhane avec des unités maliennes et burkinabées dans la zone frontalière située au sud de Hombori, à 200 km au sud-ouest de Gao.

“Le président de la République a appris avec une grande tristesse la mort la nuit dernière au Mali d’un caporal-chef du 6ème régiment du génie d’Angers à la suite d’un accrochage avec des terroristes lors d’une opération dans le sud-est de ce pays“, peut-on lire dans un communiqué.

Les militaires de l’opération Barkhane et leurs partenaires africains mènent au travers des pays du G5 Sahel plusieurs missions de contrôle de zone contre les groupes armés terroristes à l’instar de la mission Iéna conduite au Nord Mali qui vient de s’achever.

Dans ce cadre, les soldats français participent depuis le 27 mars aux côtés de leurs partenaires maliens et burkinabés à une opération militaire conjointe dans la zone frontalière située au sud de Hombori, à 200 kilomètres au sud-ouest de Gao.
Cette opération implique des éléments du groupement tactique désert « Douaumont » déployé à Gao ainsi que des éléments du DLAO3 (Ansongo). Cette 1ère opération tripartite dans cette région consiste, de part et d’autre de la frontière burkinabé, à restreindre la liberté d’action des groupes armés terroristes et à affirmer la présence des forces de sécurité maliennes et burkinabés auprès des populations.

Le mercredi 5 avril 2017, vers 16h30 locales (18h30 Paris), un véhicule blindé léger (VBL) engagé dans cette opération a subi une attaque par un engin explosif dans le secteur du village de Douna. L’explosion a blessé légèrement deux soldats qui ont été immédiatement secourus par les équipes médicales de la Force et évacués par hélicoptère vers la plate-forme opérationnelle désert de Gao.

Un dispositif de sécurité a été mis en place afin d’inspecter le périmètre, avec déploiement du détachement du génie pour prendre les mesures de sauvegarde suite à l’explosion et permettre la reprise de l’opération. En fin de journée vers 18h20, alors que les sapeurs intervenaient sur un secteur suspect, ils ont été pris à partie depuis une lisière par des tirs directs, touchant mortellement le caporal-chef Barbé.

Depuis janvier 2013, 19 soldats français sont morts au Mali.

 

Exit mobile version