vendredi 22 février 2019
Accueil / Société / Défense / L’ultime hommage à Raymonde Jeanmougin, la dernière Rochambelle de la 2ème DB (diaporama)
Le cercueil est porté par des militaires du 501 régiment de chars de combat ( Photo Michel Pourny)

L’ultime hommage à Raymonde Jeanmougin, la dernière Rochambelle de la 2ème DB (diaporama)

Les obsèques de Raymonde Jeanmougin, la dernière survivante des Rochambelles (ambulancières de la 2ème DB), décédée à l’âge de 96 ans, se sont déroulées à Saint-Gratien (Val-d’Oise) il y a quelques jours.

Raymonde Jeanmougin était commandeur de la Légion d’honneur, titulaire de la Médaille militaire et commandeur de l’ordre nationale du Mérite et de la croix de guerre 39-45 avec trois citations.

Le groupe Rochambeau — ainsi nommé en hommage au comte de Rochambeau, compagnon d’armes de La Fayette — avait été créé aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale par l’Américaine Florence Conrad. Cette amoureuse de la France avait levé des fonds pour l’achat de dix-neuf ambulances Dodge. D’abord réticent, le général Leclerc avait finalement accepté l’intégration d’un groupe de femmes, vite surnommées les Rochambelles,  au sein du 13e bataillon médical de la 2ème DB.

Les Rochambelles participèrent à la campagne de Normandie, à la libération de Paris le 25 août 1944, puis aux campagnes de Lorraine, d’Alsace et d’Allemagne. Au volant de leurs ambulances Dodge WC54, véhicules 4 × 4 de trois tonnes, les Rochambelles et les Marinettes — surnom des neuf ambulancières du régiment blindé de fusiliers marins (RBFM)— allaient recueillir  les blessés au plus près du front pour les acheminer à l’arrière. Plusieurs sont mortes, ont disparu ou ont été blessées en opération.

Au cours de la cérémonie en l’église de Saint-Gratien, le général d’armée Bruno Cuche (2S), président de la Fondation Maréchal de Hauteclocque et de l’Association des anciens combattants de la 2ème DB a rendu hommage à Raymonde Jeanmougin en retraçant sa vie.
Tout commence en Afrique du Nord en 1943 où débute la formation et l’entrainement de la 2ème DB et des Rochambelles qui doivent apprendre à conduite les ambulances pas très maniables. Elles sont plusieurs dizaines pour 19 ambulances.

Raymonde Jeanmougin fait équipe avec Suzanne Torrès, la future madame Massu et écrivent le nom de Passy-Bourse sur leur ambulance. Entre elles, elles se donnent des surnoms ou des diminutifs : Toto, Jacotte, Rosette, Arlette, Plumeau, Zizon, Edith, Scarabée. Les Rochambelles baptisent également leur véhicules : Passy-Bourse, Tante Mirabelle, Gargamelle, La Baraka, Marjolaine.
Dès l’arrivée de la 2ème DB en Normandie, Raymonde Jeanmougin est confrontée aux combats. Premiers tués de la 2e DB sur le sol de France, Premiers blessés à ramasser, à réconforter, à donner les premiers soins, à évacuer vers l’hôpital de campagne. Puis rejoindre la 2ème DB en mouvement. Une première Rochambelle est tuée à Argentan.

Raymonde Jeanmougin entre le 25 août à Paris avec les Rochambelles, fait ensuite un petit détour dans l’Aube pour embrasser sa famille et prend la route de Strasbourg. A Châtel-Nomexy en Lorraine (aujourd’hui Chatel-sur-Moselle dans le département des Vosges) elle secoure sous le feu des blessés. Après Strasbourg, fin novembre, Raymonde Jeanmougin participe à la campagne d’Alsace de l’hiver 1944-1945.

Après la guerre, Raymonde Jeanmougin devient l’un des piliers de la Maison de la 2ème DB, témoignant inlassablement de ses compagnons d’armes et des Rochambelles.
PMG

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A voir également

Un nouveau fichier secret défense a été créé

Un fichier secret défense, mis en œuvre par la Direction du renseignement militaire (DRM), vient …

2 Commentaires

  1. herreman

    petit point c n’est pas tarte mirabelle mais tante mirabelle merci a vous de rectifier cette erreur impardonnable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement notre dernier dossier : « il y a 10 ans, le rattachement de la Gendarmerie au Ministère de l‘Interieur »

Vous n’êtes pas (encore) abonné à notre magazine « L’Essor de la Gendarmerie Nationale », je vous propose de recevoir, gratuitement, notre dossier du mois de janvier, en tiré à part.


Il vous suffit pour cela de nous retourner, en un clic, le simple bulletin ci-dessous :