lundi 20 mai 2019
Accueil / Société / Décès d’un grand soldat, le commandant Gildas Lebeurier

Décès d’un grand soldat, le commandant Gildas Lebeurier

Chef de maquis à 19 ans, héros du bataillon français en Corée, grand officier para en Algérie, nageur de combat, le chef de bataillon Gildas Lebeurier est décédé le 2 juin à l’âge de 92 ans, a annoncé sa famille vendredi dans le carnet du Figaro.

La cérémonie religieuse, précise l’avis de décès, sera célébrée le jeudi 15 juin à 10h30 en l’abbaye Saint-Georges de Saint-Martin-de-Bocherville (Seine-Maritime).

Gildas Lebeurier était l’un des officiers les plus décorés de l’armée française, Il était grand officier de la Légion d’honneur, croix de guerre 1939-1945, croix de guerre des TOE avec 11 citations, titulaire de croix de la Valeur militaire, de la médaille des blessés de guerre et de la Silver star, décoration américaine prestigieuse rarement décernée aux non-américains.

Né le 22 mars 1925, Gildas Lebeurier entre dans la Résistance à l’âge de 17 ans. Sous- lieutenant “à titre fictif“, un grade donné dans la Résistance hors du cadre militaire, il commande le maquis de Saint Laurent (Finistère)  en juillet 1944. Promu lieutenant, toujours à “titre fictif” en septembre 1944, il participe aux combats de la réduction de la poche de Lorient en 1945.

Deux fois blessé pendant la Résistance, Gildas Lebeurier obtient ses deux premières citations à l’ordre de l’Armée.

Promu lieutenant d’active à titre temporaire, en juin 1947, il rejoint ensuite l’Indochine en avril 1948 dans les rangs du 2e bataillon colonial des commandos parachutistes (BCCP). Il regagne la France trois ans plus tard avec de deux nouvelles citations, dont une à l’ordre de l’Armée.

Volontaire pour le Bataillon de Corée en novembre 1950, le lieutenant Gildas Lebeurier mène, le 11 février 1951 à l’est de Séoul, une charge à la baïonnette qui restera dans les annales.  Cette charge au corps à corps permettra d’enlever à l’armée chinoise un sommet stratégique et sera célébrée par la presse américaine. Le général américain Matthew Ridgway demandera même aux soldats américains de suivre l’exemple des Français. « Les baïonnettes n’ont pas été inventées pour ouvrir des boîtes de ration mais pour se battre. », déclara-t-il.

Le lendemain de l’assaut, Gildas Lebeurier est grièvement blessé par un obus de mortier.

Cité à l’ordre de l’Armée, recoit  la Silver Star, cette distinction militaire américaine décernée pour “bravoure en opération contre un ennemi des Etats-Unis“.

Il rentre en France en février 1951.

Il est ensuite promu officier de la Légion d’honneur en juillet 1955 et capitaine en février 1956. Il participe dans les rangs du 2e régiment de parachutistes coloniaux (RPC) à l’expédition de Suez. Il rejoint ensuite l’Algérie en novembre 1956 où il fait preuve de ses qualités de meneur d’hommes. Promu commandeur de la Légion d’honneur le 14 juillet 1959, Il quitte ensuite l’Algérie avec cinq citations, dont quatre à l’ordre de l’Armée. Affecté au 1er Bataillon de Choc à Calvi, il prend le commandement des nageurs de combat fin juin 1960.

Gildas Lebeurier quitte l’armée en novembre 1966 et sera promu chef de bataillon de réserve le 1 octobre 1981 avant d’être élevé à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur en septembre 2003.

PMG

A voir également

Photo d'illustration (Crédit photo: John Liu / Flickr).

Vers une nouvelle crise budgétaire dans la Gendarmerie

La Cour des comptes craint une nouvelle crise budgétaire dans la Gendarmerie. Elle craint l'apparition d'un trou financier de plus de 75 millions d'euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !