mercredi 26 février 2020
Accueil / Société / Décès du dernier survivant du Normandie-Niemen
Sur la photo, de gauche à droite, le consul, l'ambassadeur, le général Lafond, le colonel Fonck actuel commandant de l'escadron de chasse Normandie - Niemen 2/30 et les colonels Bourguignon et Beausoleil de la Défense Aérienne. (Photo Jean-Jacques Rinck)

Décès du dernier survivant du Normandie-Niemen

Il a rejoint ces camarades au ciel de gloire des mécanos et des pilotes de la France Libre. André Peyronie, sergent-chef mécanicien, était le dernier survivant du régiment de chasse Normandie-Niemen. Il est décédé le mardi 10 décembre.

Il résidait dans une maison de retraite à Anse (Rhône) près de Lyon. André Peyronie est né le 8 mai 1920 à Albi, selon le site Zone militaire. Il avait rejoint les Forces aériennes de la France Libre (FAFL) en 1941 au Levant. Sergent-chef mécanicien au Normandie-Niemen, il avait ensuite participé à la première campagne de l’unité sur le front de l’Est de mars à octobre 1943.

Chargé de l’entretien du Yak

André Peyronie était chargé de l’entretien du Yak du pilote Marcel Lefevre. Un as aux 14 victoires aériennes, dont 11 homologuées du “Neu-Neu“, surnom du régiment. Tué en juin 1944 sur le front de l’Est, Marcel Lefevre devint Compagnon de la Libération. André Peyronie était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de la Médaille militaire. L’ancien mécanicien avait reçu les insignes de la Légion d’honneur le 8 mai 2015 des mains du commandant du régiment de chasse 2/30 Normandie Niémen.

En février 2018, André Peyronie avait été décoré, dans sa maison de retraite, de l’Ordre d’honneur du Belarus par l’ambassadeur de la République du Bélarus en France Pavel Latushka.Le dernier pilote survivant du Normandie-Nieman, Gael Taburet , était décédé en février 2017 à l’âge de 97 ans.

Le Normandie-Niemen était une unité sous commandement soviétique. Elle reste la première formation de chasse française de la Seconde Guerre mondiale: 273 victoires homologuées au cours de 869 combats. 42 de ses 97 pilotes ont été tués. Elle fut la la seule unité de la France Libre et la seule unité étrangère engagée sur le front russe aux côtés de l’Union soviétique. Elle comptera 21 Compagnons de la libération et quatre Héros de l’Union soviétique, une décoration très rarement accordée aux étrangers.

PMG

2 Commentaires

  1. Philippe C.

    Reposez en paix sergent chef André Peyronie.
    La France vous doit sa liberté, elle vous honorera comme tous vos frères d’armes partie avant vous.
    Que Dieu vous accueille, comme il accueille les Héros tel que vous, amen.
    Sincères condoléances à la famille et amis.
    Cordialement Philippe C.

  2. Une page de gloire se tourne. Que de souvenirs issus de cette unité légendaire qui a combattu le plus souvent dans des conditions dantesques. Je possède un ouvrage de Roger Sauvage qui fut l’un de ses héros. Fasciné à cette époque comme je le suis encore, j’ai eu l’insigne honneur de rencontrer cet amateur, ceci à la sortie de son livre. Un moment magique pour un tout jeune homme tel que je l’étais à cette époque, fasciné par la guerre aérienne 39/45, toutes nations confondues. Les médias ne se feront sans doute pas l’interprète de ce souvenir, et c’est dommage. Il faut des moments particuliers pour que l’actualité s’en saisisse, et redonne vitalité à ce souvenir des ailes françaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *