lundi 23 novembre 2020
Accueil / A la Une / Décès de Pierre Simonet l’un des trois derniers Compagnons de la Libération
Pierre Simonet était l'un des derniers Compagnons de la Libération. (Photos: Ordre de la Libération)
Pierre Simonet était l'un des derniers Compagnons de la Libération. (Photos: Ordre de la Libération)

Décès de Pierre Simonet l’un des trois derniers Compagnons de la Libération

Pierre Simonet, l’un des trois derniers Compagnons de la Libération, s’est éteint jeudi 5 novembre chez lui, à Toulon à 99 ans. Cet artilleur de la France Libre avait rejoint Londres en juin 1940, quelques jours après l’Appel du 18 Juin.

Homme discret à la parole rare, Pierre Simonet avait combattu dans le camp retranché de Bir Hakeim en 1942. Avec l’un tout des derniers survivants de cette bataille, Hubert Germain, 100 ans, officier à la 13e DBLE. Avec Daniel Cordier, 100 ans, ancien secrétaire de Jean Moulin ils restent les deux survivants des 1.038 Compagnons. Un ordre prestigieux, créé il y a tout juste 80 ans par le général de Gaulle.

Le dernier des Compagnons de la Libération inhumé au Mont Valérien

A son décès, le dernier Compagnon sera inhumé dans la crypte du mémorial de la France combattante au Mont Valérien. Il reposera dans le 9ème caveau aux côtés de 16 hommes et femmes représentant les combattants français de la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi: Décès d’un des quatre derniers Compagnons de la Libération

“Pierre Simonet était bien un héros: il en possédait tous les attributs – le courage, la force morale, le sens du devoir”. C’est en ces termes que la président de la République Emmanuel Macron lui a rendu hommage jeudi soir.

Révolté par le discours de Pétain

Pierre Simonet, né le 27 octobre 1921 à Hanoi, est trop jeune pour être mobilisé à la déclaration de guerre en septembre 1939. Révolté par le discours du 17 juin 1940 du maréchal Pétain, annonçant qu’il demande l’armistice, il décide de continuer la lutte en Angleterre. Il s’engage dans les Forces françaises libres le 1er juillet 1940. Il se retrouve affecté dans l’artillerie FFL en raison de ses études de mathématiques.

Dès lors, il entame une longue de série de campagnes. Expédition ratée de Dakar (septembre 1940), Syrie (juin-juillet 1941), dans les rangs du 1er régiment d’artillerie comme brigadier, il est chargé des transmissions et de l’observation. Puis, avec la 1e Brigade française libre pour la campagne de Libye (janvier-juin 1942). Il combat ensuite à Bir-Hakeim (27 mai-10 juin 1942), comme téléphoniste et observateur, où il reçoit ses deux premières citations.

Il participe ensuite à la bataille d’El Alamein en Egypte (octobre 1942), puis aux combats de Takrouna en Tunisie (en mai 1943). À partir de la campagne d’Italie (avril 1944), Pierre Simonet se voit affecté au peloton d’observation aérienne du 1er RA. Il devient observateur sur Piper club, ces avions légers emportant deux personnes. Le 1er RA participe à l’offensive du 8 mai 1944 qui brise les lignes Gustav et Hitler, libère Rome et poursuit l’ennemi jusqu’aux abords de Sienne. Pierre Simonet totalisera en Italie, 43 missions de guerre.

A la suite du débarquement en Provence du 16 août 1944, il poursuit son action d’observateur en avion dans la région d’Hyères et de Toulon. Après la Provence, direction l’Alsace. Terminus en mai 1945 à Cunéo (Italie).

En avion sous la Tour Eiffel

Dans les campagnes d’Italie et de France, le sous-lieutenant Simonet effectuera 137 missions de guerre en 250 heures de vol. Il y recevra quatre citations supplémentaires. Le 18 juin 1945, pour l’anniversaire de l’Appel du 18 Juin il passe avec son Piper club sous le premier étage de la Tour Eiffel.

Après la guerre, Pierre Simonet entamera une carrière d’administrateur Outre-mer, puis de fonctionnaire international à l’ONU. Avant d’entrer à l’Organisation de Coopération et de Développement économique (OCDE) (1961-1963) puis au Fonds monétaire international.

Pierre Simonet était membre du Conseil de l’Ordre de la Libération depuis 1999. Grand croix de la Légion d’honneur et Croix de guerre 39/45, il était membre de l’Ordre de l’Empire britannique.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.