jeudi 4 mars 2021
Accueil / Articles abonnés / Confinement : ces montagnards qui redécouvrent les PGHM
obtenez le dossier "Réussir le concours de sous-officier"
En verbalisant le non-respect du confinement, les gendarmes secouristes des pelotons de montagne ont surpris certains montagnards (Photo: MG/L'Essor).
En verbalisant le non-respect du confinement, les gendarmes secouristes des pelotons de montagne ont surpris certains montagnards (Photo: MG/L'Essor).

Confinement : ces montagnards qui redécouvrent les PGHM

C’est un jeune Toulousain, qui estimait que les mesures de confinement ne le concernaient pas. Installé pour l’occasion chez un ami près d’Argelès-Gazost, une commune des Hautes-Pyrénées située entre Lourdes et Gavarnie, il enchaînait les sorties en montagne. Ski, VTT, trail de 40 kilomètres, course en montagne ou escalade, aucune discipline ne lui résistait. Il revendiquait d’ailleurs 34 sorties en 33 jours de confinement, ce qui tend à démontrer un certain niveau d’entraînement. Non content de multiplier les performances sportives, ce jeune homme de 26 ans a jugé bon de les revendiquer sur Facebook dans un langage fleuri.

“Vous  ne  me  trouverez  jamais”, lançait-il, bravache, à l’attention des gendarmes, tout en faisant “un bras d’honneur à toutes les règles inconstitutionnelles, à toute personne sans exception au service de l’Etat qui aide à appliquer ces lois illégitimes”.

300 euros d’amende pour ses outrages

Mal lui en a pris, les gendarmes du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) des Hautes-Pyrénées ont parcouru les sites d’escalade du massif jusqu’à tomber sur lui et l’interpeller. Il a été condamné à 300 euros d’amende pour ses outrages.

Cette véhémence du jeune homme à l’égard des gendarmes secouristes fait écho à un autre texte, lui aussi publié sur Facebook et largement relayé dans les milieux montagnards. Adressé aux commandants des PGHM, il s’intitule “L’honneur perdu des PGHM ?” et reproche, en résumé, aux gendarmes de ces unités de verbaliser en montagne le non-respect des mesures de confinement.

Faire respecter le confinement fait partie de leurs prérogatives

Le colonel Jean-Baptiste Estachy, conseiller technique montagne de la Gendarmerie, est intervenu dans le débat en publiant un long texte qui rappelle une évidence : les gendarmes secouristes sont, précisément, gendarmes et secouristes. L’ancien patron du PGHM de Chamonix estime que “le déséquilibre historique entre missions de police et de secours des PGHM a manifestement conforté dans leurs certitudes les borgnes qui voudraient faire marcher la sécurité sur une seule jambe : celle du secours et de la prévention”. D’où la surprise de certains montagnards voyant les gendarmes secouristes verbaliser des randonneurs ne respectant pas le confinement.

Lire aussi: Le coup de gueule des gendarmes du PGHM de Chamonix après le décès d’un skieur en plein confinement

C’est pourtant bien une de leurs missions. Et cette double casquette mise en avant par la crise pandémique est aussi l’un des arguments de la Gendarmerie pour justifier son activité de secours en montagne. “Le gendarme a un rôle d’assistance et un rôle de contrôle, et c’est un seul service”, conclut le colonel Estachy

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.