L'Essor

Comment les gendarmes de Tonneins s’organisent pour aider une veuve de militaire victime d’une escroquerie

La solidarité des gendarmes de Tonneins en action (Photo: Facebook/Gendarmerie du Lot-et-Garonne).

La solidarité des gendarmes de Tonneins en action (Photo: Facebook/Gendarmerie du Lot-et-Garonne).

Heureusement, la solidarité s’est vite organisée au sein de la communauté de brigades de Tonneins. Une veuve de gendarme, installée sur le territoire couvert par cette unité du Lot-et-Garonne, a été victime d’un abus de faiblesse qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Agée de 75 ans, la retraitée se trouve aujourd’hui ruinée à cause d’un séducteur rencontré sur les réseaux sociaux.

La retraitée se retrouve ruinée

L’escroc a gagné progressivement la confiance de sa victime. Peut-être même a-t-il réussi à faire naître des sentiments à son endroit. Toujours est-il qu’il a commencé à lui demander de l’argent en prétextant qu’il en avait besoin. La retraitée a ainsi souscrit près de 100.000 euros de prêts auprès d’organismes de crédits, visiblement peu regardant sur les capacités d’endettement de leurs clients. La pension de retraite de la Lot-et-Garonnaise était à peine suffisante pour honorer les remboursements! Elle s’est donc rapidement retrouvée ruinée. Avec à peine de quoi subvenir à ses besoins, se contentant, en guise de repas, de deux biscottes quotidiennes pendant plusieurs semaines…

C’est la compagne d’un militaire, salariée d’un bureau de tabac où la victime à ses habitudes, qui a donné l’alerte en début d’année. La veuve en était alors à envisager le pire “pour mettre un terme à ses souffrances” raconte la gendarmerie du Lot-et-Garonne sur sa page Facebook. 

La solidarité des gendarmes de Tonneins

Les gendarmes de la communauté de brigades de Tonneins décident alors de s’organiser pour lui venir en aide. Chaque semaine, ils lui apportent un panier alimentaire. Pour l’aider à remonter la pente et pour rompre son isolement, rendu plus aigu encore par le contexte sanitaire, une intervenante sociale de la Gendarmerie entre également en relation avec elle. Un avocat et une mesure de protection auprès du procureur de la République d’Agen ont également été sollicités.

Lire aussi: Course solidaire: les élèves de l’école de Gendarmerie de Dijon se mobilisent pour Lola, jeune fille polyhandicapée de 13 ans

Une enquête a ainsi été ouverte en début d’année. Toujours en cours, elle s’avère cependant difficile. Il y a en effet de fortes chances pour que le ou les malfaiteurs cachés derrière cette escroquerie, malheureusement assez fréquente, résident à l’étranger comme l’a indiqué le chef d’escadron Frédéric Bonte, commandant la compagnie de Marmande, à La Dépêche.