mercredi 28 octobre 2020
Accueil / Société / Cinq interpellations pour 27 vols à l’arraché dans le RER C

Cinq interpellations pour 27 vols à l’arraché dans le RER C

Cinq jeunes soupçonnés d’être les auteurs de 27 vols à l’arraché commis avec violence dans le RER C en novembre, surtout pour des smartphones, ont été interpellés mercredi, a annoncé la Préfecture de Police (PP) de Paris.

“Les faits étaient commis violemment et rapidement. Si la victime résistait, elle était frappée d’un coup de poing ou d’un coup de pied”, a indiqué Régis Mongendre, porte-parole de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) à la PP.

Deux des victimes se sont vu prescrire chacune 21 et 30 jours d’ITT. Ces vols ont tous été commis entre le 30 octobre et le 25 novembre sur le RER C, notamment aux stations Porte-Maillot, Porte de Clichy et Pont de l’Alma. Les enquêteurs de la brigade des réseaux ferrés (BRF), chargée au sein de la DSPAP d’assurer la sécurité des réseaux ferrés de Paris, de la petite et grande couronne, ont recensé jusqu’à 8 vols commis le 20 novembre en l’espace d’une heure. Les cinq personnes interpellées ont été identifiées grâce à la vidéosurveillance.

Au total, l’opération aura nécessité l’intervention de 54 policiers.

Un sixième jeune de 17 ans a été extrait de la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) pour être entendu. Il avait été incarcéré après son arrestation en flagrant délit, fin novembre, sur l’un de ces faits. Depuis, les vols avaient cessé. Les auteurs présumés de 16 à 20 ans avaient tous déjà été arrêtés pour des vols.

A chaque fois, la bande utilisait le même mode opératoire: un jeune repérait un bien de valeur, souvent un smartphone et l’arrachait des mains de son propriétaire. Après quoi, deux ou trois comparses bloquaient les portes de la rame pour le laisser passer. Tandis que les malfaiteurs prenaient la fuite, deux autres restaient à quai pour dissuader les victimes de poursuivre les voleurs. La police a par ailleurs interpellé mercredi 16 personnes, dont 13 mineurs, suspectées d’avoir participé à l’agression d’usagers du RER D à Grigny, le 16 mars. L’attaque n’avait pas fait de blessé mais relancé la polémique sur l’insécurité des transports franciliens.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.