vendredi 25 septembre 2020
Accueil / L'actualité PACA / Meurtre d’un policier en 2011 à Vitrolles : cinq hommes devant les assises
Photo d'illustration : palais de justice d'Alençon
Photo d'illustration (S.D L'Essor).

Meurtre d’un policier en 2011 à Vitrolles : cinq hommes devant les assises

En 2011, un policier, Eric Lalès, 37 ans, était mortellement blessé par une rafale de kalachnikov à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), lors d’une course-poursuite avec des cambrioleurs.

Cinq hommes comparaissent jeudi devant les assises des Bouches-du-Rhône pour leur implication dans ce meurtre.

Jean Bengler, 27 ans, surnommé “Piou”, est accusé du meurtre du policier ainsi que du meurtre d’un passager d’une des voitures des cambrioleurs. Dans la nuit du 27 au 28 novembre 2011, cinq hommes à bord d’une Audi et d’une BMW volées cambriolent coup sur coup un Intermarché à Saint-Martin-de-Crau, un magasin de produits de la mer à Aubagne et un magasin Picard à Venelles, embarquant une grande quantité d’alcool et plusieurs milliers d’euros de produits surgelés, selon l’enquête.

Alertée, la Brigade anti-criminalité d’Aix-en-Provence engage une course-poursuite avec les cambrioleurs à plus de 200km/h, et essuie des tirs de kalachnikov de l’Audi. Dans le véhicule de la Bac, sur le siège passager, le policier Eric Lalès, père de famille, est touché à la tête et à l’épaule et décèdera des suites de ses blessures le 8 décembre. Le corps encagoulé d’un passager de l’Audi, Patrick Lombard, sera également retrouvé sans vie à côté du véhicule. Les policiers sur place ont déclaré ne pas avoir fait usage de leurs armes.

Tous les prévenus déjà connus de la justice 

Selon un témoignage anonyme, les malfaiteurs avaient décidé cette nuit-là de “faire les magasins (…) sur un coup de tête”. Jean-Baptiste Dominici, 40 ans, recherché au moment des faits pour un braquage, aurait “voulu prendre la kalach car il devait purger quinze ans de prison et ne voulait surtout pas se faire attraper“. Lors de la course-poursuite, il aurait “donné l’ordre de tirer“, ce que Jean Bengler aurait fait. Jean-Baptiste Dominici comparaît pour complicité de meurtre et complicité de tentatives de meurtres. Jean Bengler, Jean-Baptiste Dominici, Bruno Bonati, 42 ans, et Auguste Debard, 34 ans, sont accusés d’association de malfaiteurs et vol en bande organisée. Lionel Le Gratiet est jugé pour soustraction de criminels. Il est accusé d’avoir récupéré en voiture les quatre autres qui, à l’issue de la course-poursuite en voiture, avaient pris la fuite à pied. Ils étaient tous connus de la justice et certains avaient entre eux des liens familiaux plus ou moins directs.

Seul Auguste Debard a partiellement avoué les faits, reconnaissant avoir participé aux cambriolages. Les autres accusés nient les faits. “Jean Bengler se considère étranger aux faits qui lui sont reprochés“, a déclaré un de ses avocats, Philippe Jacquemin. “L’enquête n’a pas apporté tous les éclaircissements nécessaires“, a-t-il ajouté. Les traces ADN de quatre des accusés ont été abondamment retrouvées dans le véhicule.

Le procès est prévu jusqu’au 17 mars.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *