lundi 14 octobre 2019
Accueil / A la une / Chiens pour dépister le cancer du sein : l’institut Curie fait appel aux experts de la Gendarmerie (vidéo)

Chiens pour dépister le cancer du sein : l’institut Curie fait appel aux experts de la Gendarmerie (vidéo)

La Gendarmerie est partenaire de l’Institut Curie dans le cadre du projet KDOG qui fait appel au flair des chiens pour détecter le cancer du sein par la sueur à un stade précoce.

Les experts du Pôle judiciaire de Pontoise (PJGN) sont en effet mis à contribution pour trouver la signature olfactive propre aux plaies du cancer du sein. En ce mois d’octobre rose, mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein, le site GendInfo.fr consacre un sujet à cette découverte. Dans une vidéo, le général Patrick Touron, chef du PJGN, justifie l’implication des experts de l’Arme dans ce projet Kdog“Les  personnes qui ont besoin de travailler dans le cadre d’un cancer à la recherche de certaines molécules qui pourraient être présentes dans l’odeur se sont naturellement rapprochées de nous”, explique t-il.

Un taux de réussite de 100 %

Cette découverte majeure débute en 2009 par des travaux de recherche sur les plaies du cancer du sein. Ils sont conduits par Isabelle Fromantin, chercheure et infirmière.

Ces études concluent que les tumeurs cancéreuses dégagent des odeurs indétectables pour l’homme. Mais pas pour le chien! Les labradors et les malinois sont des races de chiens prédisposés à cet exercice.

Isabelle Fromantin et toute l’équipe scientifique de l’Institut Curie ont ainsi développé un partenariat avec des équipes cynophiles.

Isabelle Fromentin
Isabelle Fromantin, infirmière et chercheur est à l’origine de ce projet (Photo Institut Curie)

Notamment celles ayant  l’habitude de travailler avec ce type de chiens. La Gendarmerie travaille justement sur l’odorologie avec des labradors et des malinois. Les experts du PJGN étudient depuis de nombreuses années l’étude des composants des odeurs, notamment celles des scènes de crime.

Le taux de réussite est de 100 % (Photo Institut Curie)

Concrètement, un chien formé à la détection peut identifier la présence du cancer. Comment? “Simplement en reniflant des lingettes ayant été en contact avec la peau et la sueur des femmes”, détaille l’Institut Curie. Les taux de réussite des chiens KDOG atteignent près de 100%. Du coup, les responsables du projet KDOG veulent mettre au point une méthode de dépistage.  Facile, non coûteuse et non invasive.

D.C

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Un gendarme mobile se donne la mort à Sathonay-Camp

Un adjudant s'est donné la mort dans l'enceinte de la caserne du groupement de Gendarmerie mobile 1/5 de Sathonay-Camp, dans le Rhône, ce samedi 12 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *