samedi 20 juillet 2019
Accueil / Société / Budget 2019 : les conseils de l’ancien député Daniel Boisserie
Daniel Boisserie, dans son ancien bureau de l'Assemblée nationale (Crédit photo: MG/L'Essor).
Daniel Boisserie, dans son ancien bureau de l'Assemblée nationale (Crédit photo: MG/L'Essor).

Budget 2019 : les conseils de l’ancien député Daniel Boisserie

Illustration (MG/L’Essor).

Pour les députés, le gros dossier de cette rentrée, comme chaque année, c’est le budget. Les élus du Palais-Bourbon sont chargés de voter les crédits des administrations publiques. Une bataille parfois feutrée, parfois vive, entre les élus de la Nation et le pouvoir exécutif, qui commence bien avant l’automne. Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a déjà pris les devants au début du mois de septembre, en assurant que “les moyens seront au rendez-vous” dans le cadre du prochain projet de loi de finances.

L’ancien député (SRC) de la Haute-Vienne Daniel Boisserie connaît bien cette bataille du budget. Pendant cinq ans, il a été le rapporteur pour avis de la commission de la défense sur le budget de la Gendarmerie nationale. Son premier rapport, à la rentrée 2012, fait du bruit. Il y dénonce la vétusté des logements des militaires. “Un gendarme ne peut pas travailler correctement s’il n’occupe pas un logement décent, explique à L’Essor le maire de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne). J’avais vu des choses épouvantables.”

Lire aussi sur L’EssorUn rapport dénonce la vétusté du parc immobilier de la Gendarmerie

Pour boucler ces rapports budgétaires annuels d’environ soixante-dix pages, l’élu se plonge dans les chiffres, mais, surtout, rencontre des gendarmes d’active et des officiers. A l’écoute des militaires, le député sait pourtant que le budget se joue ailleurs, à Paris au bord de la Seine, au ministère de l’Economie et des finances, Bercy.

“Cela se passait très bien avec le ministère de l’Intérieur, signale Daniel Boisserie. Mais ensuite, dans les discussions budgétaires, il y a Bercy. Il fallait alors un arbitrage du Premier ministre.”

Lucide, l’ancien député ne méconnaît pas les difficultés toujours rencontrées aujourd’hui par les gendarmes, que ce soit en termes d’effectifs insuffisants ou de logement. Mais il a un conseil à leur adresser :“Soyez actifs, défendez-vous et n’ayez pas peur”. La preuve avec un exemple, celui, en 2013, de la question du dégel de crédits bloqués sur le précédent exercice budgétaire.

Le général Denis Favier, nouveau DGGN
Le général Denis Favier, nouveau DGGN

Daniel Boisserie, sensibilisé par la direction générale, avait alors pris son bâton de pèlerin pour sensibiliser le ministre du Budget et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Et c’est le directeur général de la Gendarmerie lui-même, Denis Favier, qui avait poursuivi ce travail de sensibilisation en rappelant aux députés que “la levée de la mise en réserve est absolument nécessaire”. Des efforts payants : le gouvernement avait fini par annoncer le dégel de 90 millions d’euros de crédits de paiement.

Gabriel Thierry.

A voir également

Intelligence artificielle: un projet de la Gendarmerie sélectionné

La Gendarmerie va obtenir un coup de pouce pour un de ses projets sur l'intelligence artificielle: l'amélioration du système de la pré-plainte en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *