L'Essor

Bertrand Soubelet souhaite déployer des « policiers expérimentés » dans les banlieues

Le général Bertrand Soubelet, en 2016, lors de la sortie de son livre "Tout ce qu'il ne faut pas dire" (Photo M. GUYOT/ESSOR)

Le général Soubelet, qui vient de rejoindre le mouvement « En marche ! » d’Emmanuel Macron et vise l’investiture aux élections législatives dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine, suggère de déployer des « policiers expérimentés » dans les banlieues. Ancien numéro 3 de la Gendarmerie, il entend bien mettre son expérience au service du candidat à la présidentielle et a évoqué ses idées en matière de sécurité, au micro de RTL.

A cinq semaines de la présidentielle, il fait un bilan de la situation actuelle à propos de la police de proximité, des banlieues et de l’état d’urgence. Il évoque un « manque de volonté politique », notamment dans les 1.296 quartiers prioritaires.

Sur l’état d’urgence, Bertrand Soubelet « ne partage pas l’optimisme » du ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, qui a assuré que les conditions sont réunies pour sortir de l’état d’urgence. « On se prépare à sortir de l’état d’urgence mais en ce qui me concerne, on n’est pas allé assez loin et on n’a pas donné assez de moyens aux forces de sécurité. », précise le général Soubelet.

Police de proximité

« Tout le monde fait le constat que la proximité entre la police et la population, et ça va dans les deux sens, n’existe plus », explique Bertrand Soubelet qui partage l’idée d’une police de sécurité quotidienne proposée par le candidat Macron. « Le but, c’est que les policiers reparlent normalement et qu’on leur reparle normalement. Il faut faire un effort en terme d’effectifs et il faut mettre dans ces quartiers des policiers expérimentés », propose-t-il.

JR

 

Exit mobile version