jeudi 22 octobre 2020
Accueil / Société / Automobiliste en fuite tué à Paris : le policier mis en examen et suspendu
Illustration (MG/L'Essor).

Automobiliste en fuite tué à Paris : le policier mis en examen et suspendu

Le policier ayant tué par balle mardi un automobiliste en fuite après l’avoir poursuivi sur le scooter d’un particulier qu’il avait “réquisitionné” a été mis en examen jeudi pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique”et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer. C’est une qualification criminelle qui a été retenue, c’est à dire la cour d’assises.

Outre l’interdiction d’exercer, son contrôle judiciaire prévoit une interdiction de détenir ou de porter une arme.

La victime, 26 ans, conduisait mardi soir une voiture avec un défaut d’éclairage et avait pris la fuite après un refus d’obtempérer lors d’un contrôle dans un quartier proche des Halles.
Le gardien de la paix,de 23 ans, affecté à la BST (brigade spécialisée de terrain) du 1er arrondissement de Paris précise Le Parisien ,  était alors monté à l’arrière du scooter d’un particulier qui passait par là et l’équipage ainsi constitué avait pris en chasse et rattrapé la voiture,  bloquée près de deux kilomètres plus loin.
Le policier a alors mis pied à terre, a sommé l’automobiliste d’obtempérer et a ouvert le feu lorsque ce dernier a fait marche arrière , percutant le scooter.

Son avocat,  Me Laurent-Franck Liénard a vivement réagi dans les médias à la mise en examen de son client.

C’est une décision qui n’a pas de sens. Mon client est désespéré, il est traité comme le pire des délinquants, nous confie son avocat,  C’est pourtant un jeune homme, rentré dans la police il y a 4 ans, qui a toujours bien fait son métier. C’était le cas encore mardi soir, il a permis d’éviter de faire des blessés. Son tir était légitime”.
L’Inspection générale de la police nationale, ainsi que la police judiciaire parisienne sont chargées de l’enquête.
L’automobiliste,  avait des antécédents en matière de délits routiers. Il avait été condamné à Evry en février 2018 pour “conduite
malgré une annulation de permis“, “refus d’obtempérer exposant autrui à un risque de mort ou d’infirmité” et “menaces sur une personne dépositaire de
l’autorité publique”, précise l’AFP.

 

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Philippe57

    Tout mon soutien à ce policier. Il a mis fin à une situation très dangereuse provoquée par un récidiviste chauffard qui apparemment ne souhaitait pas respecter la vie des autres.
    À notre époque je ne comprends pas comment on peut encore choisir d’exercer ce métier vue la situation politique et médiatique ( il suffit de lire les titres de la presse mainstream pour pouvoir parler de véritable lynchage médiatique envers ce jeune fonctionnaire).
    Nos forces de l’ordre sont traités comme des moins-que-rien et c’est un véritable scandale d’État.
    Il faudra peut-être que l’on arrive au bord de la guerre civile pour comprendre le rôle essentiel qui est le leur mais qui est actuellement complètement dévoyé.
    On les prend pour des assistantes sociales plus que des personnes chargée d’assurer la sécurité d’autrui.
    Je suis personnellement écœuré et je suis loin d’être le seul !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.