mercredi 30 septembre 2020
Accueil / Société / Après les prisons, les députés iront visiter des gendarmeries et centres de rétention
Illustration (SD/L'Essor).

Après les prisons, les députés iront visiter des gendarmeries et centres de rétention

Après les prisons, des députés iront visiter des commissariats en janvier, en vue de la réforme de la procédure pénale, et des centres de rétention en février en vue du projet de loi sur l’asile, a annoncé mercredi la présidente de la commission des Lois Yaël Braun-Pivet (LREM).

Comme ils l’ont fait en novembre sur les prisons, les députés volontaires se rendront, autour du 22 janvier, “dans des commissariats et des gendarmeries de leur circonscription pour examiner l’aspect relatif à la procédure pénale puisqu’on entend beaucoup que la procédure serait inadaptée et rendrait la tâche de nos forces de l’ordre un peu compliquée”, a déclaré en commission Mme Braun-Pivet.

Dans le cadre de la  future loi asile et immigration, que la commission examinera “probablement à la fin du premier trimestre”, les députés se rendront en février “dans des centres de rétention, des zones d’attentes, à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et assisteront à des audiences administratives ou judiciaires”, a-t-elle aussi annoncé.

Début novembre, une trentaine de prisons avaient été contrôlées simultanément et de manière inopinée par des membres de la commission des Lois sur tout le territoire. A la suite de ces visites, plusieurs débats et auditions ont eu lieu, dont celle du directeur de l’administration pénitentiaire.

Mme Braun-Pivet a annoncé la poursuite des travaux sur ce thème par la création de quatre missions de deux ou trois députés sur les thématiques suivantes: “le traitement psychiatrique en détention”; “l’activité en détention au sens large – travail, culture, éducation, sport -“; “le lien avec l’entreprise – formation professionnelle, employabilité, préparation à la sortie-“ et “les centres de détention à sécurité plus ou moins renforcée”, y compris “les centres de détention ouverts”.

L’objectif est que ces missions rendent des recommandations mi-mars pour s’insérer dans le cadre des chantiers de la justice lancés par la ministre Nicole Belloubet, a précisé l’élue des Yvelines.

Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *