dimanche , 13 juin 2021

Une fresque de Eme Street Art en hommage à George Floyd, à Berlin.
Une fresque de Eme Street Art en hommage à George Floyd, à Berlin.

Adama Traoré-George Floyd: deux affaires bien différentes

Peut-on établir un parallèle entre l’affaire Adama Traoré et le décès tragique de George Floyd, qui a provoqué une onde de choc mondiale ? Comparaison n’est pas raison.

Annoncé quelques jours auparavant sur les réseaux sociaux par le comité Adama, le rassemblement du 2 juin 2020 a dépassé toutes ses espérances. Malgré l’interdiction de la préfecture de police de Paris en raison de la situation sanitaire – nous sommes au sortir du premier confinement –, près de 20.000 personnes se rassemblent devant le tribunal judiciaire de Paris. Jusqu’ici, le comité avait réussi à réunir au maximum quelques milliers de soutiens.

Mouvement mondial contre les violences policières

Mais un événement va catalyser la mobilisation. Quelques jours auparavant, le 25 mai, aux Etats-Unis, la mort filmée de George Floyd provoquera un mouvement mondial contre les violences policières. De fait, les neuf minutes d’agonie de cet homme noir, cloué au sol par le genou d’un policier blanc appuyé sur sa nuque, sont choquantes. Il répète plus de vingt fois son appel à l’aide : “I can’t breathe (Je ne peux pas respirer)“, qui deviendra un slogan des manifestations.

Les réactions d’indignation se multiplient, ainsi que les manifestations, qui vont parfois dégénérer en émeutes jusque dans la capitale. Couvre-feu et mobilisation de la Garde nationale se multiplient à travers le pays. Dans ce contexte, l’appel du comité Adama trouve un écho certain. “Quand on se bat pour George Floyd, on se bat pour Adama Traoré“, déclare sa sœur Assa Traoré pendant la manifestation. Les deux drames semblent pourtant bien différents. Interrogé par Marianne, le chercheur associé au Cesdip, Mathieu Zagrodzki, relève tout d’abord les différences entre les polices américaine et française. “Il y a de bonnes raisons de mettre [ces deux pays] en parallèle, explique-t-il. Cependant, les chiffres rendent la comparaison… incomparable. Les polices américaines tuent plus d’un millier de personnes par an, pour 320 millions d’habitants. La Police et la Gendarmerie, en France, une vingtaine, peu ou prou. Les proportions sont sans commune mesure.

Deux affaires différentes

Surtout, les deux affaires sont bien différentes. La mort de l’Afro-Américain de 46 ans a été filmée, et le policier à l’origine de l’interpellation sera inculpé pour homicide involontaire. Les circonstances de l’arrestation d’Adama Traoré continuent en revanche d’opposer les parties. Résultat ? La bataille judiciaire de l’affaire Traoré se joue sur les expertises médicales qui sont pilonnées par les proches d’Adama. Le jour de la manifestation parisienne, la partie civile avait ainsi publié le rapport d’un médecin relevant la responsabilité des militaires. “Une nouvelle expertise réalisée en trois jours, face à trois médecins qui ont travaillé des mois ? C’est du délire“, avait réagi l’avocat des gendarmes, Me Rodolphe Bosselut.

Lire aussi: L’ancien codétenu d’Adama Traoré indemnisé par la Civi

Pour l’avocat de deux des trois gendarmes, la famille Traoré essaie de “trouver un avantage sur le plan médiatique qu’elle ne trouve pas sur le plan judiciaire”. A défaut d’avoir convaincu les juges d’instruction, les proches d’Adama Traoré s’attachent visiblement à convaincre d’abord l’opinion. Avec succès, comme en témoigne l’ampleur de la manifestation du 2 juin, mais aussi la reconnaissance internationale d’Assa Traoré. “Dans un Etat de droit, la justice est rendue par les juges, non par les réseaux sociaux, ni par la rue”, s’est pourtant inquiété le président LR du Sénat, Gérard Larcher. Symboles et justice font rarement bon ménage.

One comment

  1. Vous en parlerez encore lorsqu’il y aura prescription
    Vous ne faites pas l’unanimité sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.