lundi 30 novembre 2020
Accueil / Société / Deux policiers du Val d’Oise blessés lors d’un contrôle mis en cause par un suspect
Illustration (MG/L'Essor).

Deux policiers du Val d’Oise blessés lors d’un contrôle mis en cause par un suspect

Un contrôle de police a dégénéré vendredi à Argenteuil (Val-d’Oise), occasionnant de graves blessures chez deux  policiers, tandis que l’avocat d’un suspect a dénoncé dimanche une “bavure” des forces de l’ordre.

Vendredi vers 17H00, dans cette commune au nord de Paris, une gardienne de la paix et un adjoint de sécurité ont été blessés au cours d’un contrôle. La policière, qui a notamment eu un doigt cassé, s’est vu prescrire 42 jours d’incapacité totale de travail (ITT) et son collègue 12 jours, a indiqué à l’AFP une source policière.

Selon cette source, un équipage avait senti “une odeur de shit” émanant d’une voiture et décidé de contrôler ses quatre occupants, qui se sont  rebellés. “Ils s’en prennent aux policiers, incitent à l’émeute“, a relaté cette source, selon laquelle “30 personnes” ont alors avancé vers les fonctionnaires, qui ont fait usage de leur lanceur de balle de défense pour se dégager.

Mais Me Arié Alimi, avocat de deux des jeunes gens interpellés, a affirmé dans un communiqué transmis à l’AFP que “ses clients, loin d’avoir été coupables de vouloir se soustraire à un contrôle, ont au contraire été victimes de violences graves, attestées par un médecin légiste”. Selon lui, un jeune majeur s’est vu prescrire 47 jours d’ITT, ayant eu les “mains fracturées” et reçu une pluie “de coups de matraque sur le visage et le  corps”.

La source policière a de son côté indiqué qu’un mis en cause, “bien connu des services de police”, s’était vu prescrire six jours d’ITT.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Pontoise n’avait pas donné suite dimanche après-midi.

“Le mot communément utilisé pour ce qui s’est passé à Argenteuil est une “bavure”, a dénoncé Me Alimi, affirmant que l’affaire a fait l’objet d’une “instrumentalisation politique et syndicale intolérable”.

Le syndicat Unsa police a réagi dimanche aux accusations de l’avocat: “Ceux qui s’en prennent à la police doivent s’attendre à subir un usage de la force.  Ce n’est pas une bavure, c’est la loi. Et il appartient à un tribunal de statuer, non à un quelconque défenseur”, a affirmé dans un communiqué son secrétaire général Philippe Capon.

Après la violente agression de deux policiers lors du réveillon à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), la nouvelle avait suscité samedi des condamnations, le syndicat Unité SGP police-FO déplorant dans un communiqué une “situation insoutenable” pour les forces de l’ordre.

AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.