mardi 13 avril 2021
Accueil / Articles abonnés / 250 appels malveillants aux gendarmes : six mois de prison avec sursis
téléphone
Illustration (SD/L'Essor).

250 appels malveillants aux gendarmes : six mois de prison avec sursis

Rancune contre les gendarmes, déséquilibre psychiatrique, état alcoolique, jeu d’ado… Les appels malveillants restent un classique. Dernier en date, les 250 appels passés à des gendarmes de la Vienne qui ont valu six mois de prison avec sursis à un quadragénaire.

Lire aussi: Elle passe 1200 appels aux gendarmes et les menace de mort: six mois de prison avec sursis

Le tribunal correctionnel d’Angoulême a condamné mercredi un quadragénaire pour 250 appels malveillants aux gendarmes de Loudun et de Châtellerault (Vienne). Cet angoumoisin de 45 ans a écopé de six mois de prison avec sursis probatoire.

250 appels de mars à décembre 2020

Les 250 appels malveillants ont eu lieu de mars à décembre 2020. Mi-décembre, l’homme se retrouve finalement placé en garde à vue. Il venait cette fois-ci de menacé de venir faire sauter la gendarmerie de Loudun.
A la barre, il a raconté en vouloir à un gendarme de la brigade qui l’avait contrôlé en état d’ivresse au volant en juillet 2012.

500 euros pour préjudice moral au gendarme visé

Suite à ce contrôle, son permis avait été annulé, ce qui l’a empêché de trouver un emploi, a-t-il expliqué au tribunal. Depuis, il ruminait cet épisode, sur fond de problèmes d’alcool. “Le seul moyen de calmer cette angoisse, c’est de passer ces coups de fil…“, a fait valoir son avocate Annabelle Bouttin. Le psychiatre a estimé qu’il était “accessible à une sanction pénale“.

Déjà condamné à plusieurs reprises, il a donc pris six mois de prison avec sursis. Il devra également se soigner et verser 500 euros pour préjudice moral au gendarme importuné.

Lire aussi: En quatre heures, ivre, “Madame Schtroumpfette”, appelle 149 fois les gendarmes

Les appels malveillants peuvent valoir à leurs auteurs un an de prison et 15.000 euros d’amende. Les tribunaux prononcent généralement des peines de prison avec sursis et souvent des obligations de soins.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.