samedi 26 septembre 2020
Accueil / L'actualité Île-de-France / Une salle de la préfecture de police rebaptisée du nom du préfet à la Libération
Charles Luizet
Michel Mirjol, mari de la petite-fille de Charles Luizet et Michel Cadot, préfet de police de Paris, ont dévoilé la plaque au nom de Charles Luizet, préfet de police à la Libération de Paris en août 1944.

Une salle de la préfecture de police rebaptisée du nom du préfet à la Libération

Une salle de la préfecture a été rebaptisée vendredi après-midi du nom de Charles Luizet, préfet à la Libération de Paris en août 1944. Le préfet de police de Paris Michel Cadot a inauguré la « salle Charles-Luizet », située au rez-de-chaussée de la préfecture, en présence de descendants de la famille de Charles Luizet, Compagnon de la Libération.

Cette salle portait depuis décembre 2000 le nom de Roger Langeron, préfet de police en place en juin 1940, lors de l’armistice de Rethondes qui avait consacré la défaite française.

L’action controversée du préfet de police pendant l’Occupation

Roger Langeron, préfet de police de Paris de mars 1934 à février 1941, date à laquelle il avait été révoqué par Vichy, eut une action controversée pendant l’Occupation, selon les spécialistes de la période. Certains l’ont qualifié de collaborateur pour avoir créé un groupe de policiers chargé de traquer les résistants, d’autres l’ont considéré comme un résistant.

Roger Langeron avait été déchu, une première fois de son poste le 24 juin 1940, à la demande de l’armée allemande, parce qu’il avait protesté contre la déportation de sept commissaires de police après l’armistice. Rétabli ensuite dans ses fonctions, il fut destitué en février 1941 par Vichy, accusé d’être un fonctionnaire « républicain ».

Charles Luizet, “fidèle du général de Gaulle”

Vendredi, le préfet de police Michel Cadot a souligné que Roger Langeron a avait eu “un comportement ambigu” au début de l’Occupation. “Soixante dix ans plus tard, nous avons estimé que le choix de baptiser cette salle du nom de Roger Langeron devait être revu avec le recul de l’histoire”.

Charles Luizet, fut l’un des tout premiers à se rallier à la France Libre quelques heures après l’Appel du 18 juin 1940.
Charles Luizet, fut l’un des tout premiers à se rallier à la France Libre.

Charles Luizet, “fidèle du général de Gaulle” a eu un “parcours exemplaire et brillant” mais son “destin a été brisé par la maladie” a assuré Michel Cadot.

Charles Luizet, fut l’un des tout premiers à se rallier à la France Libre quelques heures après l’Appel du 18 juin 1940. Depuis Tanger, où il était administrateur de la zone internationale, il offrit ses services au général de Gaulle, son ancien professeur à Saint Cyr. Lors du débarquement allié en Afrique du Nord, le 8 novembre  1942, Charles Luizet fut le seul responsable civil français de la région à faciliter l’opération.

Condamné à mort par une cour martiale de Vichy, il échappa au dernier moment au peloton d’exécution. Il fut ensuite le premier préfet de la Corse libérée en septembre 1943. Parachuté dans le Vaucluse le 11 août 1944, il gagna Paris où il prit ses fonctions de préfet de police le 19 août, dirigeant l’insurrection des policiers parisiens.

Charles Luizet restera à la tête de la PP jusqu’en mars 1947 avant d’être nommé en mai suivant gouverneur général de l’Afrique équatoriale françaises (AEF).

Il est décédé en septembre 1947 d’un tumeur au cerveau. Sa tombe au cimetière de Passy est fleurie chaque année en août par le préfet de police.

Plusieurs salles de réunion de la PP portent depuis une quinzaine d’années le nom de policiers résistants.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *