mardi 21 mai 2019
Accueil / A la une / 14 Juillet : l’émouvant hommage des gardes républicains à Guillaume, leur camarade décédé (vidéo)

14 Juillet : l’émouvant hommage des gardes républicains à Guillaume, leur camarade décédé (vidéo)

Le garde Guillaume Derouen (Photo: Garde républicaine)
Le garde Guillaume Derouen (Photo: Garde républicaine)

C’est un hommage discret mais émouvant. Ce samedi 14 Juillet, lors du défilé de la fête nationale, un détail vous a peut-être échappé durant le nouveau carrousel présenté par la Garde républicaine. Brièvement, les fantassins ont marqué un temps d’arrêt pour représenter devant la tribune présidentielle un “G” et un “D”. Ce sont les initiales du garde Guillaume Derouen, décédé en service dans un accident de la route le 3 juillet.

Lire également sur L’Essor : Hommage au garde Guillaume Derouen, décédé en service

A l’origine du carrousel

Ses camarades ont tenu à lui rendre cet hommage. Guillaume Derouen était en effet à l’origine de ce nouveau carrousel. Mardi 10 juillet, après l’une des dernières répétitions, les gardes ont ainsi assisté à une dernière cérémonie en mémoire du gendarme, apprécié “pour son humour, sa gentillesse et sa bonté”.

Pour rendre cet hommage, le carrousel inédit a dû être légèrement modifié en dernière minute, une demande qui a bien sûr été acceptée. Cette parade impressionnante est sans doute aujourd’hui unique au monde, car il rassemble, dans le même temps, des fantassins, des cavaliers et des motocyclistes. Cette manœuvre à trois est délicate. Tous les mouvements doivent être coordonnés avec précision, alors que fantassins, cavaliers et motos ont chacun leur rythme propre.

“Il y a trois formations spéciales de la Garde, plus la musique : c’est la première fois que nous travaillions tous ensemble, explique à L’Essor le maréchal des logis-chef Cornet, le directeur technique de l’équipe d’acrobatie. La difficulté, c’est de faire quelque chose de cohérent entre ces différentes unités qui n’ont pas la même allure.”

La Garde républicaine s’entraîne pour ce nouveau carrousel depuis décembre 2017. Huit mois, cela peut sembler long. Mais c’est au contraire un temps très court au vu des contraintes d’emploi du temps de chaque unité. Il a fallu jongler avec les agendas pour trouver des créneaux d’entraînement communs. Le spectacle final vaut les efforts réalisés. Chapeau bas.

Gabriel Thierry

A voir également

Lors de l'acte XXIII, à Paris. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/L'Essor).

Gilets jaunes: quinze enquêtes ouvertes par la justice sur des gendarmes

Maintien de l'ordre pour des manifestations de Gilets jaunes: 41 signalements ont été transmis à l'IGGN, pour 15 enquêtes ouvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !