lundi 27 mai 2019
Accueil / A la une / Le commandement des réserves suggérait de nommer Alexandre Benalla seulement commandant
Alexandre Benalla et Sébastien Lecornu ont été d'authentiques réservistes opérationnels avant d'être promus dans la réserve des spécialistes Capture d'écran Twitter Cédric Pietralunga/Le Monde

Le commandement des réserves suggérait de nommer Alexandre Benalla seulement commandant

On en sait désormais un peu plus sur la nomination d’Alexandre Benalla au grade de lieutenant-colonel de la réserve opérationnelle au titre des spécialistes en octobre 2017. La commission des Lois du Sénat, dans son rapport d’enquête sur l’affaire Benalla, vient de dévoiler de nouveaux détails, ce mercredi 20 février.

Outre l’audition du patron des gendarmes, Richard Lizurey, en juillet 2018, les sénateurs ont obtenu une copie des dossiers administratifs des deux réservistes impliqués dans cette affaire, Alexandre Benalla et Vincent Crase. Le général d’armée avait assumé la nomination du premier, une décision personnelle.

Lire aussi sur L’EssorLe directeur de la Gendarmerie assume la nomination de Benalla comme spécialiste dans la réserve

Pas capitaine avant 2025

Sollicité pour une étude statutaire préalable, le commandement des réserves de la Gendarmerie avait lui envisagé la nomination d’Alexandre Benalla, alors chargé de mission à l’Elysée, au titre des spécialistes, au grade de commandant, soit le grade inférieur à celui de lieutenant-colonel. “Le commandement des réserves relevait que ce dernier n’aurait normalement pas atteint le grade de capitaine avant 2025 au plus tôt dans la réserve de ‘sécurité publique’“, souligne le rapport.

Les deux rapporteurs, les sénateurs Muriel Jourda (LR, Morbihan) et Jean-Pierre Sueur (Socialistes et républicains, Loiret) remarquent également n’être pas “convaincus de la pertinence de cette nomination“. Seuls dix des 87 spécialistes de la réserve opérationnelle de la Gendarmerie ont le grade de lieutenant-colonel. “Les profils recherchés sont titulaires de compétentes techniques rares ou pointues ou de diplômes universitaires ou d’études supérieures”, ajoutent-ils. Alexandre Benalla, titulaire d’une maîtrise de droit, était devenu à 26 ans le benjamin des officiers supérieurs (soit militaires au grade de commandant ou de chef d’escadron, lieutenant-colonel et colonel).

Lire aussi sur L’EssorAlexandre Benalla, un réserviste opérationnel passé de brigadier à lieutenant-colonel : explications (actualisé avec note de la direction aux réservistes)

Les sénateurs remarquent enfin qu’Alexandre Benalla “a admis lui même n’avoir finalement quasiment jamais participé aux travaux du groupe de réflexion pour lesquels il était si important de le doter du grade de lieutenant-colonel”. La conséquence logique de ce constant cinglant se découvre à la 118e page du rapport, avec la neuvième proposition des sénateurs, qui appellent à renforcer la transparence des recrutements dans les différentes réserves de la Gendarmerie. Et de proposer “plus de rigueur” dans les règles de sélection des spécialistes “pour préparer et appuyer la décision du directeur général“.

Gabriel Thierry

A voir également

Gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée (MG/L'ESSOR)

La réforme de la sécurité de l’Elysée inquiète le créateur du GSPR

La future direction de la sécurité de la présidence de la République (DSPR) inquiète le colonel (ER) Alain Le Caro, le créateur du GSPR.

21 Commentaires

  1. Pourquoi avoir nommé ce mec dans ce grade quand on c’est en tant qu’ancien Gendarme comment cela fonctionne. Il a fait son service militaire et quel grade avait il en quittant l’armée ???
    Arrêtez de prendre tous les Gendarmes pour des idiots. Si le Directeur a couvert le Président de la République devant la commission du Sénat, il n’a qu’une chose à faire c’est Démissionner. Sinon il jette le discrédit sur notre Institution

  2. A-t-il fait l’EOGN? Il me semble que pour être Officier de l’Arme, il faut en passer par là!. Sinon, je plains ses subordonnés pour fixer une mission!

  3. louis roissard

    Quand tu penses que, Ecole ou rang, du mal qui faut se donner, physiquement, intellectuellement et moralement pour arriver à ce grade, je pense – sans animosité aucune mais par pur souci de justice – que ceux qui ont accepté cette nomination se sont conduits de façon INDIGNE.

    Et leur sanction réside dans cette indignité dont ils ne pourront jamais se laver.

  4. Quel est le cursus exact d’Alexandre Bénalla ? D’après ce que j’ai pû lire, il est licencié en droit ! Si tous les licenciés en droit s’engagent dans la gendarmerie, il y aura plus de Chefs d’Escadron, Lieutenants-Colonels et Colonels que de Gendarmes, ça laisse pensif ! Le D.G. doit prendre ses responsabilités en virant purement et simplement cet olibrius qui jette le discrédit sur notre arme.

  5. le nay

    Tout ce spectacle ternit bien la Gendarmerie. Chaque acteur se justifie d’une oiseuse explication sans crédit. Il faudrait se souvenir qu’à toutes les époques la Gendarmerie perdait beaucoup de son aura dans des missions occultes et obscures. Le regard sur l’institution est à mon grand regret entiché de suspicion. Beaucoup de personnes étrangères à l’Arme ont manifesté leur désapprobation et ont affecté un doute sur cette nébuleuse affaire et ses conséquences.

  6. BEGOIN

    Je suis un chef d’escadron en retraite depuis 8 ans. je suis passé par le rang, par tous les diplômes BA, DQSG, Concours des majors, DQM. A cela ajoutez des stages et des travaux écrits pour êtres MDL/Chef et adjudant.
    Mon cursus est un véritable parcours du combattant pour montrer ses vrais capacités. (merci, j’ai commandé un EGM, et j’en suis fier). Aujourd’hui la Gie est à l’image de l’armée mexicaine. Pour ce qui concerne le Benalla, c ‘est l’apothéose….

    • J’ai servi pendant 35 ans dans la Gendarmerie, d’abord comme sous-officier, puis j’ai gravi quelques échelons après avoir été admis à l’EOGN (concours interne 1976) et j’ai terminé avec le grade de Lieutenant-Colonel. Ancien ouvrier agricole, je suis assez satisfait de mon parcours, en majorité dans des unités opérationnelles (EGM, Brigade, Unité de Recherches, Compagnie, Groupement…)
      Je trouve particulièrement scandaleux que Benalla ait obtenu le même grade sans avoir réellement servi dans l’institution. Les autorités qui bradent les galons de cette manière, même sur ordre politique, ne doivent pas être très fiers d’eux-mêmes, et encore moins pour ceux qui ont menti sous serment devant la commission sénatoriale !

  7. Serge POTEL

    Benalla ? Une honte pour l’Arme que j’ai eu l’honneur de servir avec fierté.

  8. Hennequin

    J’ai moi-même formé quelques officiers de réserve de la Gendarmerie. Il s’agissait de volontaires extrêmement motivés, titulaires, souvent, de diplômes universitaires et très souvent, cadres supérieurs ou chefs d’entreprise dans le civil. Je peux témoigner de l’énorme difficulté que rencontraient ces personnels pour franchir un grade après l’autre dans la réserve. Ils étaient astreints réguliièrement à des travaux écrits notés et participaient à des périodes de manoeuvres en camp militaire avec les unités d’active en sacrifiant ainsi une bonne partie de leurs congés annuels.
    Alors la nomination de Benalla au grade de Lieutenant-Colonel me fait doucement rigoler ! ah ah ah !

  9. quand je pense que certains contestent un galon chez les officiers d’en face, alors qu’il existait déjà dans la police en 1977, l’affaire Benalla Lt Colonel sur titre ridiculise la gendarmerie, faudrait il déjà s’assurer que son diplome universitaire est réel, il semblerait du côté de Clermont ferrand, qu’ il y ait des interrogations … (voir un article paru dans la presse locale par un prof de ladite université !)

  10. Soussin

    A Benalla, lieutenant-colonel de réserve. Toute cette affaire ne reflète pas cette droiture que l’on est en droit d’exiger de cette vieille dame : la Gendarmerie. Quant aux dysfonctionnements, encore une fois, le problème Benalla ne concerne certes un individu hors de contrôle mais aussi un manque de responsabilité de la part de hauts fonctionnaires.

  11. Yves MEURET

    Il faut surtout souhaiter que cette triste affaire qui aura entaché notre belle institution serve de contre exemple pour l’avenir. S’il y a eu des fautes, des têtes doivent tomber dans cette affaire, il faut au plus vite en finir. La Gendarmerie mérite mieux que ça!!

  12. pierre guingan

    J’ai servi pendant 35 ans dans la Gendarmerie, d’abord comme sous-officier, puis j’ai gravi quelques échelons après avoir été admis à l’EOGN (concours interne 1976) et j’ai terminé avec le grade de Lieutenant-Colonel. Ancien ouvrier agricole, je suis assez satisfait de mon parcours, en majorité dans des unités opérationnelles (EGM, Brigade, Unité de Recherches, Compagnie, Groupement…)
    Je trouve particulièrement scandaleux que Benalla ait obtenu le même grade sans avoir réellement servi dans l’institution. Les autorités qui bradent les galons de cette manière, même sur ordre politique, ne doivent pas être très fiers d’eux-mêmes, et encore moins pour ceux qui ont menti sous serment devant la commission sénatoriale !

  13. Landreau Patrick

    ce qui me semble absolument incroyable c’est qu’un tel individu soit encore dans l’Institution !!! avec ses “omissions”, ses mensonges, ses contre-vérités et autres délits concernant ses passeports “diplomatiques” comment le DGGN et ses subordonnés à l’Elysée et ailleurs acceptent que ce gendarme de réserve soit toujours dans l’organigramme …. il doit – à l’évidence – bénéficier de très hautes protections car d’autres gendarmes ayant commis de moindre “délits” seraient immédiatement suspendus avec de sévères sanctions à la clé …. triste époque ! mais ne serait-il pas temps de remettre eun peu d’ordre dans ce “désordre” institutionnel qui n’est pas un bon exemple pour tous les gendarmes qui font un travail avec compétences et dévouement ! j’ai mal à ma Gendarmerie ….

  14. Landreau Patrick

    ce qui me semble absolument incroyable c’est qu’un tel individu soit encore dans l’Institution !!! avec ses “omissions”, ses mensonges, ses contre-vérités et autres délits concernant ses passeports “diplomatiques” comment le DGGN et ses subordonnés à l’Elysée et ailleurs acceptent que ce gendarme de réserve soit toujours dans l’organigramme …. il doit – à l’évidence – bénéficier de très hautes protections car d’autres gendarmes ayant commis de moindre “délits” seraient immédiatement suspendus avec de sévères sanctions à la clé …. triste époque ! mais ne serait-il pas temps de remettre un peu d’ordre dans ce “désordre” institutionnel qui n’est pas un bon exemple pour tous les gendarmes qui font un travail avec compétences et dévouement ! j’ai mal à ma Gendarmerie ….

  15. NEGRE

    Bonjours à tous.

    Longtemps dans l’armée française, l’avancement se faisait soit au mérite et il en fallait beaucoup, soit en passant des concours, en général très sélectif.
    J’en sais quelque chose parce que non volontaire cadre aux trois jours, (J’étais un jeune militant Algérie française) quelques mois plus tard je réussissais les EOR concours. bref, après mon temps légal je suis resté quatre ans ORSA.
    Pour faire court, si je respecte profondément les cadres d’active sous-officiers et Officiers, je n’ai jamais eu beaucoup de sympathie pour les réservistes, souvent beaucoup plus attirés par les galons, les mondanités, que par les contraintes du service.
    Mes respects à tous
    Raymond Nègre
    Ingénieur Principal honoraire

  16. Niout

    La Gendarmerie s’est dévaluée d’une part par son recrutement quantitatif plus que qualitatif et d’autre part par la perte des ses valeurs essentielles. Service, Humilité Travail, Honneur.. Benalla Crase sont le syndrome de la vénalité des Chefs aux politiques. Le Général de Villiers, lui, a démontré avec dignité toutes les saines valeurs du Militaire. Le dernier qui s’est honoré dans sa fonction: Général de la Gendarmerie Bertrand SOUBELET lui, a fait le job au détriment de sa carrière. Ce Gendarme a osé dénoncer la vrai réalité du travail de la base devant une commission de l’Assemblée Nationale. Actuellement la hiérarchie gendarmique ne fait que dans le “show-biz”, ment, travesti la vérité pour garantir sa place quand elle exige tout de la base qui trime sans reconnaissance.
    Où sont nos héros d’antan? Les humanistes, les résistants, les courageux, les travailleurs qu’on demande à suivre qu’on cite avec fierté qu’on glorifie…?? Nous n’avons plus qu’une galerie superfétatoire d’orgueilleuses stars serviles et totalement inutiles…!

  17. patrick BERNARD

    Actuellement en fonction comme gradé, l’affaire Benalla est à l’image de ce qui se passe dans les différents services de notre pays : arrangement, combine, mensonges….Je n’ai jamais vu autant de menteurs et de tricheurs qu’en gendarmerie en 20 ans de services, c’est de pire en pire avec une génération de jeunes gendarmes complètement déphasés. Aucune confiance, au moindre problème, tous tourne le dos à leurs collègues pour se protéger…la force humaine…
    Une génération qui se fout complètement des citoyens, c’est ça la réalité. L’essentiel est dans l’apparence, les lunettes de soleil, le holster de cuisse et le gilet d’inter, a verbaliser le bon père de famillle qui a oublié de mettre son clignotant et lui donner une leçon de morale sur les dangers de la route alors que ce même gendarme roule à plus de 200 km/h sur sa moto et qu’il ne verbalise pas les motards par sympathie, voilà le gendarme d’aujourd’hui.
    Oui me direz vous, mais certains font leur travail. C’est vrai, mais il y en a de moins en moins et ils ne restent pas.
    Soyez inquiets, dans 10 ans, tout sera numérique et privé et il ne restera que des abrutis. Nos grand chefs n’en sont peut être même pas conscient, ils appliquent ce qu’ils ont appris dans leur école militaire…et surtout pas de vagues ils se planquent dés que possible a réflechir à la gendarmerie du futur…foutaise celle du présent a besoin de véhicules qui fonctionne avec les portières qui ferment et des suspensions qui asssurent la sécurité des gendarmes…;et des logements autre que des logements sociaux…des bureaux avec des murs qui assure la confidentialité des usagers avec des fauteuils propres pour accueillir les victimes…quelle honte…j’ai honte de montrer mon lieu de travail à mes proches….alors Benalla à 10 000 euros par mois, ancien gendarme adjoint….j’aimerai voir son diplôme de droit original et non une copie….tellement naïfs ces gendarmes qui l’ont recruté…un peu de gueule et du baratin…ils pensaient surement se placer au ministere…
    et la réserve, quelles escroquerie….6 heures de patrouille a se promener dans des véhicules d’une autre époque pour une rémunération de 50 à 150 euros pour les off non imposable..ils se bouffent le nez pour les missions et copinent avec le chef de la cellule réserve…quand ils contrôlent un consommateur de canabis c’est l’affaire du siècle, alors quand ils trouvent 2 gr d’héroine, c’est la demande de lettre de félicitations…la plupart des retraités qui n’ont pas foutu grand chose de leur carrière sinon ils n’en redemanderait plus.

    • ROUSSEAU

      Bonjour Bravo pour les commentaires, et comme à chaque fois, les commentaires ne seront pas transmis. J’ai travaillé aux bureaux réserves, et les copinages, j’ai bien connu, et personne ne dit rien de tout cela. Je tiens à préciser en 1980, le CB à l’époque, je décollais les enveloppes de courrier pour les réutiliser, débrancher le compteur du véhicule pour faire les patrouilles de nuit.
      et l affaire BENALLA, le bouquet final pour la Gendarmerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !